Étude sur le Covid
Les habitants des campagnes se font beaucoup moins vacciner

Les facteurs socio-économiques jouent un rôle dans le choix des personnes qui se font vacciner contre le Covid. Les personnes ayant un revenu et un niveau d'éducation plus bas sont moins enclins à tendre l'épaule que la moyenne. Tout comme les habitants des campagnes.
Publié: 27.04.2022 à 12:11 heures
|
Dernière mise à jour: 27.04.2022 à 12:12 heures
L'attitude envers la vaccination est notamment définie par le niveau d'éducation, de revenus et le lieu d'habitation.

Les personnes vivant en zone urbaine, souffrant d'une maladie chronique ou ayant des compétences plus élevées dans le domaine de la santé acceptent plus volontiers de se faire vacciner, selon une récente étude de la Haute école zurichoise des sciences appliquées (ZHAW) publiée dans la revue scientifique «Swiss Medical Weekly».

En revanche, les personnes avec un revenu ou niveau d'éducation plus bas, ainsi que celles qui vivent à la campagne ou font moins confiance aux autorités et à la science sont moins souvent vaccinées. Plus de la moitié d'entre elles (57%) ont peur des effets secondaires et doutent de l'efficacité du vaccin.

L'étude représentative se base sur des données issues du «Covid-19 Social Monitor», recueillies entre juin et décembre 2021 auprès de quelque 2400 personnes en Suisse.

Confiance en la science, mais en dans les médias

Selon un autre sondage de ce moniteur, réalisé durant la deuxième moitié de mars 2022, 86% de la population suisse décrit sa qualité de vie actuelle comme bonne ou très bonne, contre 84% en décembre 2021. Ce taux est resté relativement stable, notent les auteurs de l'étude.

Près d'un quart de la population (24%) ressent une charge psychique élevée, contre 26% à la fin de l'année dernière. Ce pourcentage grimpe à 37% chez les jeunes entre 18 et 29 ans. Le sentiment de solitude a toutefois diminué dans ce groupe d'âge, passant de 12% en décembre à 8% en mars.

Par ailleurs, 69% des personnes interrogées déclarent avoir une grande confiance en les autorités et 61% en les médias. Ces taux sont inférieurs à ceux du début de la pandémie: en avril 2020, ils étaient de 82% et 69%. En revanche, la science bénéficie d'une confiance accrue: 70% disent en avoir une grande confiance, la valeur la plus élevée depuis deux ans.

Publicité

Respect des mesures moins systématique

Depuis leur assouplissement, les mesures de lutte contre le coronavirus sont appliquées de manière moins systématique, poursuit le sondage. Plus de la moitié (56%) des personnes interrogées respectent encore la plupart du temps les distances sanitaires, contre 77% en décembre.

Le «Covid-19 Social Monitor» est réalisé régulièrement par la ZHAW en collaboration avec les Universités de Zurich et de Berne. Entre le 30 mars 2020 et le 24 mars 2022, 22 enquêtes ont été menées.

(ATS)

Vous avez trouvé une erreur? Signalez-la