Vingegaard évoque le dopage
«Je ne prends rien que je ne donnerais pas à ma fille»

Après sa victoire dominante dans le contre-la-montre et une avance énorme de 7:35 minutes, des accusations de dopage ont été lancées contre le dominateur du Tour Jonas Vingegaard. Le Danois les a désormais clairement démenties – y compris en jurant sur sa fille.
Publié: 21.07.2023 à 18:45 heures
|
Dernière mise à jour: 03.08.2023 à 16:42 heures
Vingegaard a déclaré à différents médias après son triomphe au chrono: «Quand on regarde le passé, on peut comprendre qu'il soit difficile de faire confiance au cyclisme.»

La défense du titre n'est plus qu'à trois étapes et Jonas Vingegaard pourrait être le premier Danois à y parvenir. Le coureur de 26 ans ne peut plus battre que lui-même.

Après sa nette victoire dans le contre-la-montre – il a pris 1:38 minutes à son grand adversaire Tadej Pogacar en seulement 22,4 kilomètres – des accusations de dopage se font entendre. Cette année, la différence de classe entre Vingegaard et le reste du peloton semble trop importante. Et les incidents liés au dopage résonnent trop fort dans l'histoire du Tour de France.

Vingegaard lui-même ne le nie pas. Il a déclaré à différents médias après son triomphe, probablement décisif: «Quand on regarde le passé, on peut comprendre qu'il soit difficile de faire confiance au cyclisme.»

La direction du Tour a également montré de la compréhension pour ces reproches. Mais les responsables précisent aussi immédiatement: le maillot jaune et le vélo de Vingegaard sont testés quotidiennement, selon le directeur du Tour Christian Prudhomme.

Vingegaard dément – mais l'historique du Tour laisse planer le doute

Vingegaard ne veut pas non plus laisser passer les spéculations sur les substances qui améliorent les performances. «Je ne prends rien que je ne donnerais pas à ma fille de deux ans», a déclaré Vingegaard. «Je peux le dire la main sur le cœur.»

Ce serment suffira-t-il à faire taire les critiques? Des doutes existent aussi à ce sujet. Plusieurs grands scandales de dopage du passé ont débuté par de grandes déclarations d'innocence. Floyd Landis, par exemple, a déclaré que le simple fait de penser au dopage était incompatible avec sa vie entière. Lance Armstrong a même accusé tout le monde de ne pas croire aux miracles. Les deux coureurs ont été plus tard déchus de leurs victoires sur le Tour.

Publicité

Mais il est également clair que tant que Vingegaard n'est pas convaincu de dopage, ses performances sur le Tour de France méritent un grand respect. Il l'obtiendra s'il peut rentrer à Paris en jaune dimanche.

Vous avez trouvé une erreur? Signalez-la