Automates végétariens à l'EPFL
Une vague verte souffle sur la rentrée universitaire

Des auditoires plus frais, des cours sur le climat et des snacks à base de plantes: voilà comment les universités du pays espèrent obtenir de bonnes notes en matière de durabilité.
Publié: 19.09.2022 à 21:21 heures
|
Dernière mise à jour: 22.09.2022 à 10:02 heures
Shayan Eshghi, fondateur de la start-up Déliss, a installé deux automates sur le campus de l'EFPL.
Camille Kündig

«Ce dont raffolent les étudiants de l'EPFL? Une boisson à base de cerises de café, la fleur du caféier!» Shayan Eshghi, 25 ans, est en train de remplir son distributeur d'une boisson à l'avoine sans sucre. À côté, une bouteille de jus de pomme, que l'on ne trouve que de septembre à octobre, lorsque c'est de saison.

Les machines en libre-service de cet étudiant en économie ne proposent que des produits respectueux du climat. Adieu chips et autres canettes de coca. «Nous avons aussi des bonbons, faits par une dame d'Écublens. Elle coupe des fruits au couteau, les fait sécher au four et les saupoudre de sucre. C'est délicieux!» Selon la saison, le distributeur propose aussi des confiseries au basilic, produites localement, sans gélatine ni additifs artificiels.

La start-up estudiantine propose des snacks bio et respectueux de l'environnement.

Pour utiliser les deux automates de Shayan Eshghi, les étudiants de l'EPFL devront attendre mardi — ce lundi, c'est jeûne fédéral dans le canton de Vaud. Mais il n'y a pas que l'EFPL qui ait pris le virage vert durant l'été. Les deux EPF (Lausanne et Zurich) ont vissé un peu leurs radiateurs. «Le chauffage sera réduit de deux degrés pour diminuer notre dépendance au gaz», explique Géraldine Falbriard.

De nombreux labels sur la machine attestent du caractère écoresponsable des produits.

Baisse du chauffage de 2 degrés!

Il ne fera plus que 20 degrés au lieu de 22 sur les deux sites. Un vent de fraîcheur qui souffle aussi à Bâle. «Il est très probable que nos locaux soient moins chauffés cet hiver», répond à Blick le porte-parole de l'uni de Bâle, Matthias Geering.

Du côté de l'université de Zurich, ce sont les émissions de CO2 liées à l'aviation qui sont dans le viseur. Dans un premier temps, l'objectif est de les garder à 60% au maximum de ce qu'elles étaient avant la pandémie. Ensuite, une baisse de 3% par an est visée. L'établissement prévoit en outre de remplacer l'éclairage par des LED à grande échelle et d'installer de nouvelles centrales photovoltaïques.

À Fribourg aussi, la mobilité est au centre des préoccupations. L'université s'est associée à Publibike pour rendre les trajets de ses étudiants plus respectueux du climat. L'université de Genève, elle, lance cet automne une série d'événements pour «soutenir ses étudiants dans leur comportement respectueux de l'environnement». Une initiative qui trouve un écho en Suisse alémanique, où quatre nouveaux cursus axés sur la durabilité démarreront cet automne.

Publicité

Classements pas (encore?) brillants

Toutes les universités interrogées assurent encourager les menus végétariens dans leurs restaurants. Elles peuvent compter sur le soutien de leurs étudiants: un récent sondage mené à Bâle a montré que ceux-ci étaient prêts à payer plus cher pour des aliments plus durables. «Et ce alors les étudiants sont très sensibles aux prix en raison de leurs budgets limités», observe remarquer le porte-parole Matthias Geering. Depuis 2021, il existe un centre national ad hoc pour l'engagement estudiantin en faveur de la durabilité: Focus Sustainability.

Le vert est à la mode, mais il ne reflète pas (encore?) la réalité, du moins en comparaison internationale. Dans un classement de l'organisation environnementale WWF datant de 2021, aucune Haute école suisse n'a réussi à se hisser dans le peloton de tête.

«Il y a encore un grand potentiel de développement en Suisse», assure Simon Zysset, coauteur de l'étude. Le prochain rapport paraîtra en 2023. Les efforts entrepris par les universités et hautes écoles à l'occasion de cette rentrée porteront-ils leurs fruits (de caféier)?

Vous avez trouvé une erreur? Signalez-la