Pas de revirement en vue
Malgré le changement de taux, les prix de l'immobilier augmentent encore

Après la hausse du taux directeur de la BNS, on pouvait espérer que les prix de l'immobilier allaient enfin baisser. C'est encore le contraire qui s'est produit: les prix ont continué de grimper en juin. Peut-on bientôt espérer un changement de tendance?
Publié: 04.07.2022 à 17:19 heures
|
Dernière mise à jour: 04.07.2022 à 17:53 heures
Les prix de l'immobilier ont continué d'augmenter en juin. Les vendeurs ont notamment demandé plus pour les appartements en copropriété.

La Banque nationale suisse (BNS) a sonné mi-juin le tournant des taux d’intérêt. Les taux hypothécaires ont donc continué d’augmenter. En revanche, les prix des maisons et des appartements n’ont pas encore connu de renversement de tendance au mois de juin, comme le montre le Swiss Real Estate Offer Index.

La hausse des taux directeurs renchérit les hypothèques et réduit l’attractivité des investissements immobiliers. Cela pourrait avoir un effet négatif sur la demande de logements en propriété, écrivent lundi SMG Swiss Marketplace Group et le conseiller immobilier CIFI dans leur communiqué sur le Swiss Real Estate Offer Index. Or c’est encore le contraire qui se produit: les prix continuent d’augmenter!

Selon le Swiss Real Estate Offer Index, les vendeurs d’appartements en propriété ont encore nettement augmenté leurs attentes de prix de 1,1% en juin, soit en à peine un mois. Les vendeurs ont également demandé des prix plus élevés pour les maisons individuelles. La majoration y est toutefois un peu plus faible, de 0,3% seulement.

Les prix vont-ils bientôt baisser?

Il reste maintenant à voir si les personnes souhaitant devenir propriétaires seront disposées à suivre les attentes croissantes des vendeurs en matière de prix. Cela n’est pas exclu, car le coût des hypothèques n’est de loin pas le seul critère d’achat d’un logement, poursuit le communiqué.

De plus, contrairement aux hypothèques à taux fixe, les hypothèques indexées sur le marché monétaire continuent d’être proposées à de bonnes conditions. Comme les futurs acquéreurs de biens immobiliers doivent d’ores et déjà démontrer qu’ils peuvent supporter un taux hypothécaire d’environ 5% à cause des règles en vigueur en matière de capacité financière, il ne faut pas s’attendre à un effondrement de la demande, affirment les experts.

Selon un communiqué, les loyers d’habitation ne connaissent actuellement que peu de mouvements. Les loyers proposés dans les annonces n’ont guère évolué en juin, avec une hausse de 0,1%. Cela n’est pas surprenant, car les loyers proposés sont surtout influencés par la demande immédiate de logements.

Publicité

Les loyers baissent légèrement à Zurich

En revanche, les loyers des baux existants sont déterminés par le taux d’intérêt de référence hypothécaire fixé par la Confédération, qui est actuellement de 1,25%. Il pourrait y avoir des ajustements en raison de la hausse des taux d’intérêt et du renchérissement général.

Martin Waeber, responsable de l’immobilier chez Swiss Marketplace Group, est convaincu que «les prix élevés de l’énergie devraient avoir un impact bien plus important que la hausse des taux d’intérêt sur les loyers proposés ou existants». En effet, ces derniers entraîneraient une hausse sensible des frais annexes, notamment dans les immeubles anciens.

Selon les régions, les loyers proposés ont évolué de manière assez différente en juin. Ainsi, ils ont grimpé de 0,8% dans la région lémanique (avec le Valais), alors que les loyers ont reculé de 0,5% en Suisse centrale. En revanche, ils n’ont que légèrement bougé dans l’Espace Mittelland (+ 0,2%) ou à Zurich (-0,2%).

(ATS/Blick)

Publicité
Vous avez trouvé une erreur? Signalez-la