Installations défectueuses
Faut-il craindre des incendies à cause des panneaux solaires?

Dopée par la pénurie d’énergie à venir, l’énergie solaire a le vent en poupe. Beaucoup de Suisses installent des panneaux solaires, mais le manque de main-d’œuvre qualifiée se fait ressentir. Un danger – car les installations défectueuses peuvent causer des incendies.
Publié: 16.08.2022 à 20:34 heures
Les incendies de panneaux solaires sont principalement causés par une installation défectueuse, soit une erreur humaine. (image symbolique)
Mathilde Jaccard

Les Suisses sont toujours plus nombreux à se tourner vers l’énergie solaire. L’engouement n’a d’ailleurs jamais été aussi fort: entre 2020 et 2021, les installations photovoltaïques ont augmenté de 43%, selon l’Office fédéral de l’énergie (OFEN).

L’offre n’arrive pas à suivre la forte demande et le manque de main-d’œuvre qualifiée se fait ressentir. Mais des installations mal effectuées peuvent causer des incendies. Les professionnels appellent ainsi à la patience et à la vigilance.

Forte demande

Auprès des particuliers et des autorités, les panneaux solaires ont du succès. La Confédération souhaite renforcer sa production solaire, et les partis politiques suivent le mouvement. Confirmée par la RTS, une initiative a été lancée par les Vert’libéraux genevois le 14 juillet dernier. Elle vise à équiper tous les toits du canton de panneaux photovoltaïques d’ici à 2035.

Mais cette forte demande représente un danger: les mauvaises installations pourraient se multiplier à cause du manque de temps et de main-d’œuvre. Et ces défauts de mise en place peuvent être à l’origine d'incendies.

Selon les dernières précisions apportées par l’enquête de la police cantonale genevoise, la cause de l’incendie qui a ravagé la salle de grimpe dans la zone industrielle de Meyrin-Satigny en avril dernier semble être une installation défectueuse de panneaux solaires. Posés sur le toit quelques semaines auparavant, les panneaux photovoltaïques comportaient des défauts dans la méthode d’installation.

D’autres cas connus

Contactés par la RTS, des professionnels du secteur assurent que ces incidents sont rares. Jean-Christophe Hadorn, ingénieur en énergie solaire, confirme que «la profession est vigilante depuis le début». Les technologies sont sûres, «mais le risque zéro n’existe pas». Les professionnels précisent tout de même que, dans la plupart des cas, l’origine des incendies est l’erreur humaine, comme par exemple une mauvaise manipulation lors de l’installation.

Publicité

Plusieurs exemples helvétiques peuvent en témoigner. En 2016, «24 heures» rapportait un incendie chez des particuliers à Delémont. Des panneaux solaires ont pris feu. En 2018, une scierie s'enflammait dans le canton de Lucerne. Selon le quotidien vaudois, la cause serait là aussi un défaut de l’installation du système solaire.

Pour éviter ce genre d’incident, la Suisse est d’autant plus vigilante: elle exige une double vérification de sécurité. «Dès qu’une installation est posée sur un toit, elle doit être contrôlée par quelqu’un d’indépendant de celui qui l’a installée. Si ce contrôle n’est pas effectué, vous ne recevrez pas la subvention complète ni les recettes des ventes d’électricité», explique Jean-Christophe Hadorn à la RTS.

Vigilance et patience

Afin d’éviter tout incident, les professionnels invitent les particuliers à la patience. Ils reconnaissent qu’avec l’augmentation de la demande, certains installateurs pourraient se presser et commettre des erreurs dans l’installation. Et la pénurie de main-d’œuvre dans le domaine n’aide pas. Selon l’association professionnelle Swiss Solar, il manque près de 600 spécialistes dans le secteur solaire en Suisse.

Pour Jean-Christophe Hadorn, il faut donc redoubler de vigilance. Si vous prévoyez d’installer des panneaux solaires, prenez le temps de discuter avec votre installateur sur la conformité du matériel, la certification des panneaux, des câbles, batteries et autres équipements nécessaires. L’ingénieur demande surtout à la clientèle de s’armer de patience: «On est un peu au pied du mur. Et vraisemblablement, on peut avoir des délais d’attente jusqu’à huit mois, qui dépendent de la livraison du matériel et de la main-d’œuvre disponible.»

Publicité
Vous avez trouvé une erreur? Signalez-la