«Dix fonctionnaires pour ça?»
Le compte Instagram du Conseil fédéral fait hurler l'UDC

Alors que la première semaine d'existence du compte Instagram du Conseil fédéral n'est pas encore achevée, les critiques pleuvent déjà du côté de l'UDC. Y aura-t-il vraiment dix personnes chargées d'alimenter le réseau social? Nous faisons le point.
Publié: 14.10.2022 à 12:30 heures
|
Dernière mise à jour: 14.10.2022 à 13:27 heures
Le compte Instagram du gouvernement a été lancé lundi.
Sermîn Faki

Depuis le début de la semaine, six personnes sont à pied d'œuvre pour alimenter «Gov.ch». C'est via ce compte sur Instagram que le Conseil fédéral vise à faire mieux connaître son travail auprès des citoyens, les plus jeunes notamment.

L'intention est louable sur le papier, mais elle ne convainc pas tout le monde au Parlement. Surtout à droite de l'hémicycle. La conseillère nationale UDC Diana Gutjahr a dégainé la première. «Il faut dix postes de travail pour créer cette question? Je ne peux que secouer la tête de dépit...»

L'élue thurgovienne visait, capture d'écran à l'appui, un quiz réalisé ces derniers jours par l'équipe chargée de la gestion des réseaux sociaux du gouvernement.

Contenu tiers
Pour afficher les contenus de prestataires tiers (Twitter, Instagram), vous devez autoriser tous les cookies et le partage de données avec ces prestataires externes.

Diana Gutjahr a raison sur le nombre de postes: il est prévu que l'effectif s'étoffe jusqu'à dix personnes. Mais la gestion du compte Instagram n'est pas la seule mission de l'équipe, qui doit assurer la communication du gouvernement sur différentes plateformes et créer du contenu dans les quatre langues nationales.

«Vous imaginez ça dans la vie réelle?»

Pas de quoi faire taire les critiques, dont certaines émanent du camp libéral-radical. «Vous imaginez ça dans la vie réelle? Le Conseil fédéral qui engage dix personnes pour aller aborder des gens dans des gares?», interroge Marcel Dobler (PLR/SG). Le fondateur de Digitec trouve cette décision «incroyable» vis-à-vis des contribuables.

Porte-parole du Conseil fédéral, André Simonazzi a dû sentir l'orage arriver. Le Valaisan a lui aussi utilisé Twitter pour étouffer la polémique. «Même si certains ont pu l'écrire, il n'y a pas 10 places de travail pour un compte Instagram. Ces postes font partie de l'application de la stratégie réseaux sociaux. Une personne par département et quatre à la Chancellerie», écrit la voix du gouvernement.

Publicité

L'intérêt semble en tout cas être au rendez-vous: près de 45'000 personnes se sont abonnées au compte «gov.ch» (baptisé ainsi pour être compris dans toutes les langues) depuis le début de la semaine. De quoi rendre jaloux Diana Gutjahr et Marcel Dobler, avec leurs 2127 et 2332 followers.

Ou peut-être que les élus alémaniques redoubleront d'ironie en relevant qu'actuellement, le Conseil fédéral compte à peine plus de suiveurs que le nombre d'employés de la Confédération (40'000)...

Vous avez trouvé une erreur? Signalez-la