Ils se battent pour leur rêve
Ces frères motards roulent pour leur mère décédée

La Suisse représentée en Coupe du monde de moto? Ce sera le cas en 2024 grâce à Lenoxx Phommara. Son jeune frère Levin est lui aussi talentueux. La famille zurichoise s'est installée en Thurgovie pour faire carrière. Mais elle a connu un coup du sort brutal.
Publié: 20.04.2024 à 12:17 heures
|
Dernière mise à jour: 20.04.2024 à 12:20 heures
1/19
Des talents prometteurs: Levin et Lenoxx (à droite) Phommara font partie des Suisses les plus rapides en moto de leur génération.
RMS_Portrait_AUTOR_1046.JPG
Blick_Portrait_2460.JPG
Matthias Dubach et Benjamin Soland

Lorsqu'il tente d'exprimer l'inconcevable, la voix de Sergio Phommara, le père du pilote de course, qui s'exprimait auparavant avec fraîcheur et gaieté, baisse d'un ton. «C'était une période très dure pour nous tous, c'était un long calvaire qui a duré plus de quatre ans», dit-il. Sa femme Nang Phommara, mère des deux talents de la moto Levin (15 ans) et Lenoxx (17 ans), est décédée trop jeune des suites d'une maladie en octobre 2022.

Le cœur de la famille a été arraché. Lors de la visite de Blick, le chien Marley a beau gambader et poser pour la photo, il est évident que quelqu'un manque cruellement à la famille, et pas seulement à cause de la grande photo au-dessus de la table de la salle à manger, qui montre la famille encore au complet. Le papa Sergio le décrit ainsi: «Nang a été la grande force motrice de notre famille.»

La mère de Levin et Lenoxx s'était aussi énormément investie dans le grand rêve des deux garçons: devenir motards. Cela a duré jusqu'au déménagement de la famille de Küsnacht à Kreuzlingen. Mais nous y reviendrons plus tard.

Lors du grand drame survenu il y a un an et demi, la question de la suite à donner aux carrières juniors prometteuses des frères se pose. Mais les Phommara connaissent rapidement la réponse. Levin explique: «Pour nous, il n'était pas question d'arrêter. Notre mère a fait tellement de choses pour nous. Nous voulons maintenant lui dédier tout cela». Le frère aîné ajoute: «La moto nous a aussi permis de sortir du trou. On avait à nouveau un objectif et on pouvait s'entraîner pour ça».

Le sport comme échappatoire au désespoir

C'est leur sponsor principal Arnold Pfister, autant un ami qu'un partenaire financier, qui se présente alors un jour devant la porte d'entrée et dit: «Nous allons maintenant faire du motocross». Pour la première fois depuis le jour le plus dur de leur vie, les adolescents tournent à nouveau la poignée des gaz. C'est un nouveau départ. Car le père aussi se remet au travail, rassemble chaque franc disponible pour le budget de la saison, organise l'année. Aujourd'hui, il dit: «Le sport a été une issue au désespoir».

Bien que 2023 soit la première saison sans leur mère, elle se déroule parfaitement. Dans la série de jeunes talents Northern Talent Cup, les frères réalisent même une fois un doublé; à la fin, Lenoxx est vice-champion. «Il avait presque le titre en poche, mais il l'a jeté lui-même», déclare Sergio, le père, faisant semblant d'être fâché.

Publicité

Les rires reviennent à la table, car tout le monde sait: L'épisode de la chute au moment le plus stupide n'a pas été un coup d'arrêt. Lenoxx Phommara a réussi à se hisser dans l'antichambre du Grand Prix. En 2024, le jeune homme de 17 ans participera pour la première fois au championnat du monde junior et, parallèlement, à la Red Bull Rookies Cup. Ces deux séries sont des tremplins directs vers le championnat du monde Moto3. Noah Dettwiler (18 ans) a suivi le même chemin de carrière et sera cette année le premier Suisse à courir en GP depuis Tom Lüthi.

Tout a commencé sur une piste de karting en Italie

Avec Phommara, c'est peut-être le prochain Suisse qui frappera bientôt à la porte des GP, même s'il est clair que 2024 sera une année d'apprentissage. Son frère Levin, quant à lui, participera une année de plus à son championnat junior actuel.

Deux frères qui dédient tout à leur grand rêve de participer au championnat du monde de moto, quelle belle histoire! Tout a commencé dans le coin d'Italie où sont nés de nombreux champions du monde de moto: la région de Rimini. C'est là que la famille passe toujours ses vacances. Le père Sergio, italien d'origine et dont le nom de famille est Acampora, adore faire des tours de piste de karting sur une pocketbike, une toute petite moto. «Levin avait trois ans et demi quand il a dit: 'Je veux faire ça aussi'».

L'exploitant de la piste, un ami, réduit la vitesse de deux motos pour les petits. A partir de là, la famille a définitivement le virus dans le sang, Lenoxx et Levin participent bientôt à leurs premières courses de mini-moto en Italie. Comme le talent des frères est évident, les courses se multiplient et les absences à l'école de Küsnacht deviennent de plus en plus fréquentes. Les parents décident par la force des choses de faire l'école à la maison. Les adolescents sourient au souvenir de leur père qui leur donne des cours de mathématiques.

Publicité

Pour l'école appropriée, déménagement en Thurgovie

«Ma femme a ensuite continué à chercher et a trouvé ce qu'elle cherchait à Kreuzlingen. C'est là que se trouvait la seule école de sport de Suisse à l'époque, qui accueillait les élèves dès la 5e année», explique le père Phommara. Il s'agit du Talent-Campus Bodensee. Lenoxx fait d'abord la navette pendant des années entre le lac de Zurich et le lac de Constance pour concilier école et sport. Deux heures de train par trajet.

Comme le cadet fréquente également le Talent-Campus, les parents adaptent leurs emplois de chef de projet dans la construction mécanique et d'indépendante dans le secteur des cosmétiques de manière à pouvoir déménager en famille à Kreuzlingen.

Les Zurichois deviennent alors des Thurgoviens. Les deux frères fréquentent encore aujourd'hui le Talent-Campus. Levin en tant qu'apprenti sportif et commercial de première année, Lenoxx en tant qu'apprenti sportif et commercial de deuxième année. Ils montrent à Blick le bâtiment où ils peuvent apprendre et s'entraîner dans de petites classes. C'est un environnement professionnel. Cassandra Cotting, directrice de l'école: «Nous avons une vingtaine de disciplines sportives sous le même toit. Ils ont toutefois été les premiers à pratiquer des sports mécaniques. C'était aussi un défi pour nous de pouvoir leur offrir un enseignement sur mesure».

En 2024, Lenoxx sera plus que jamais à la peine dans l'enseignement présentiel, car il disputera deux championnats et sera plus souvent que jamais à l'étranger. En revanche, il portera d'autant plus son nouveau casque. L'élément central du nouveau design est l'inscription: «Love you, Mum». Leur mère adorée continue d'accompagner Lenoxx et Levin.

Publicité
Vous avez trouvé une erreur? Signalez-la