Elle est toujours introuvable
L'inconsciente qui a causé la chute lors du Tour de France risque la prison

Elle voulait simplement saluer ses grands-parents à la maison et a provoqué une chute collective lors de la 1ère étape du Tour de France. La spectatrice qui a causé plusieurs abandons risque des poursuites... si elle est retrouvée.
Publié: 28.06.2021 à 10:57 heures
|
Dernière mise à jour: 28.06.2021 à 13:14 heures
1/5
Cette spectatrice a provoqué une chute collective.

Elle pensait probablement que son geste n'aurait pas de telles conséquences. La supportrice qui voulait juste faire passer un message à ses grands-parents a terminé à la Une de plusieurs journaux. Tout sourire avec sa pancarte, elle ne s'est probablement pas rendu compte que le peloton arrivait à toute allure dans son dos. L'Allemand Tony Martin n'a eu aucune chance de l'éviter et l'a heurtée de plein fouet. La suite? Une chute collective qui a blessé de nombreux coureurs dont le Suisse Marc Hirschi.

Cette stupide scène de la première étape du Tour de France n'aura pas que des conséquence sportives. La spectatrice risque également gros si elle se fait attraper. Bien qu'elle soit clairement reconnaissable sur les images télévisées, il n'y a toujours aucune trace d'elle. Dès samedi soir, «L'Équipe» a rapporté que les organisateurs du Tour voulaient porter plainte. «Nous portons plainte contre cette dame qui s'est très mal comportée», a déclaré le directeur-adjoint du Tour Pierre-Yves Thouault à l'agence de presse «AFP».

Quelles pourraient être les conséquences pour elle? «L'Équipe» détaille: en cas de «blessures involontaires avec incapacité n'excédant pas trois mois par violation non délibérée d'une obligation de sécurité ou de prudence» (selon le droit français), cette femme risque une amende de 1650 francs.

Une peine de prison est également possible

Mais la sanction pourrait être largement plus lourde avec avec l'abandon de Jasha Sütterlin (DSM). L'Allemand de 28 ans, qui s'est blessé au poignet droit, peut porter plainte contre la spectatrice. Dans un tel cas, elle risquerait une peine maximale d'un an de prison et une amende équivalente à près de 16 500 francs.

Mais pour cela, il faut d'abord la trouver. Alors que les médias français supposent qu'elle vient d'un pays germanophone en raison de l'inscription «Opi und Omi», la police est toujours à la recherche de témoins pouvant fournir des informations sur cette femme afin qu'elle puisse être traduite en justice.

Vous avez trouvé une erreur? Signalez-la