Polémique à Genève
L'UDC se bat pour que les hommes soient invités à une soirée d'impro de jazz

Une association musicale genevoise a organisé un événement sans hommes hétérosexuels cisgenre. Des musiciennes l'avaient demandé pour passer une soirée ensemble à improviser du jazz. L'Union démocratique du centre veut interdire, et pourrait porter plainte.
Publié: 25.01.2024 à 19:43 heures
Le milieu du jazz est encore très masculine, déplore Maurizio Bionda, président de l'AMR, centre musical dédié au jazz. Pour le président de l'UDC Genève, Jason Détraz, les hommes paient aussi les subventions de l'association, et ne devraient pas être exclus.
Blick_Lucie_Fehlbaum2.png
Lucie FehlbaumJournaliste Blick

Le 18 janvier dernier, le club genevois AMR, pour Association pour l'encouragement de la musique improvisée, à organisé une soirée en «mixité choisie». Les hommes hétérosexuels cisgenre, soit ceux nés avec des attributs masculins et s'identifiant comme des hommes, n'étaient pas invités. La soirée visait à réunir des personnes discriminées pour improviser du jazz.

L'Union démocratique du centre (UDC) souhaite interdire ces événements. Le président des Jeunes UDC de Genève s'explique au micro de la RTS. Selon son groupe, les hommes hétéro et cisgenre représentent «la majorité de la population masculine».

Possible plainte pour discrimination

Comme l'AMR est une association subventionnée, les impôts de ces derniers contribuent à son financement. Les priver de ces soirées d'impro jazz reviendrait à «désavouer leurs contributions», estime Jason Détraz, qui ajoute que le concept «va vraiment à l'encontre de l'égalité de chacun».

La RTS indique que personne, dans l'entourage du président des Jeunes UDC, n'a exprimé d'intérêt à se rendre à la soirée. Il s'oppose cependant au manque de cohérence des associations qui prônent l'égalité. L'UDC réfléchit ainsi au meilleur moyen de restreindre ces événements. Le parti bourgeois imagine soit une motion au Grand Conseil, soit une plainte pénale pour discrimination, basée sur l'orientation sexuelle.

Passer une soirée ensemble

Le président de l'AMR, Maurizio Bionda, répond à la RTS, expliquant que le but d'un tel soir était justement de promouvoir l'égalité dans un milieu très masculin. L'association aimerait ouvrir le dialogue avec l'UDC.

La soirée a été organisée à la demande de certaines musiciennes, qui voulaient passer une soirée ensemble et s'épanouir. Elle a, en outre, été ajoutée à la programmation: aucun concert n'a été supprimé pour lui faire de la place.

Publicité
Vous avez trouvé une erreur? Signalez-la