L'événement économique de l'année 2023
Alors que Credit suisse vivait ses derniers instants, Sergio Ermotti faisait du ski

Retour sur quatre jours dramatiques de mars 2023: la fin de Credit Suisse. Et voici ce que le nouveau chef de la grande UBS, Sergio Ermotti, faisait pendant ces moments douloureux.
Publié: 30.12.2023 à 06:11 heures
1/2
Mars 2023 a marqué l'histoire de l'économie suisse: Credit Suisse s'effondre et est avalé par l'UBS.
RMS_Portrait_AUTOR_928.JPG
Christian Kolbe

Aucun autre événement n'a autant marqué l'année économique 2023 que la chute de Credit Suisse. Jusqu'à la fin, beaucoup avaient cru, voire espéré, que le pire pouvait encore être évité. Mais seule la vente d'urgence à l'UBS pouvait éviter une crise financière mondiale.

C'est par un dimanche gris de mars que la place financière a été ébranlée. Le grand séisme bancaire se profilait depuis déjà des années. Dès la mi-2022, les pré-séismes se sont produits de plus en plus souvent, envoyant les premières ondes de choc à travers le système bancaire. Le 19 mars 2023, la charpente vermoulue de Credit Suisse, vieille de 176 ans, s'est effondrée dans un grand fracas. Credit Suisse est désormais de l'histoire ancienne.

Le repas décisif

Même Sergio Ermotti ne s'y attendait pas. «Je n'aurais jamais pensé que Credit Suisse pourrait connaître une fin aussi dramatique», déclare le Tessinois dans un entretien avec Blick. Quelques semaines plus tard, Sergio Ermotti était assis sur le trône de la nouvelle UBS, son prédécesseur – le Néerlandais Ralph Hamers – ayant été congédié. 

Il a fallu un dîner avec le président de l'UBS Colm Kelleher et deux jours de réflexion pour que Sergio Ermotti accepte de diriger la fusion des deux grandes banques. Il répond à «l'appel du devoir», comme il le dit lui-même. «C'est une grande motivation pour moi de diriger cette fusion et de créer une plus-value pour les actionnaires, les clients et aussi la place financière suisse.»

Le début de la fin

Le déclin rampant de Credit Suisse avait pris une nouvelle dynamique avec le départ de Brady Dougan en 2015, le dernier CEO de Credit Suisse qui avait encore fait de la gestion des risques une priorité. A partir de ce moment-là, plus aucune limite n'a été fixée en termes de risque, surtout dans la banque d'investissement.

L'appétit effréné pour le risque a culminé des années plus tard: les débâcles de plusieurs milliards de dollars avec le hedge fund américain Archegos et avec Greensill Capital en sont témoins. Toutes les amendes, les dommages et intérêts ainsi que les paiements à l'amiable ont creusé des trous profonds dans la caisse de la banque. Finalement, Credit Suisse n'a gagné que 800 millions de francs au cours des 15 dernières années de son existence – et a versé 40 milliards de francs de bonus sur la même période, malgré le maigre bénéfice.

Publicité

La banque aurait eu besoin de toute urgence d'un modèle commercial durable. Mais les derniers patrons de Credit suisse – le président Alex Lehmann et le CEO Ulrich Körner – ont également échoué à cet égard. En octobre 2022, la banque a présenté un plan de restructuration qui laissait entrevoir des pertes pour les années à venir.

La Banque nationale intervient

Le sort de la banque était déjà scellé. Même si beaucoup – surtout en Suisse – ne voulaient pas encore vraiment l'admettre. «Ce n'est que le jeudi précédant la reprise par l'UBS que les personnes extérieures ont pu se rendre compte à quel point la situation de Credit Suisse était vraiment mauvaise», explique l'historien de l'économie Tobias Straumann.

La veille au soir, la Banque nationale avait mis 50 milliards de francs de liquidités d'urgence à la disposition de Credit Suisse. Elle a souligné une fois de plus que la banque remplissait les exigences en matière de capital et de liquidités. «Jusqu'en mars, on pouvait partir du principe que Credit Suisse avait encore une chance. Les chiffres clés pertinents de la banque étaient ok. Les autorités n'ont cessé de le répéter», se souvient l'historien.

Mais les marchés et les clients ne se laissaient plus aveugler, et ce, depuis longtemps. Le cours de l'action était en chute libre, les clients retiraient leur argent. Credit Suisse a parfois perdu jusqu'à 10 milliards de francs... par jour.

Publicité

Sergio Ermotti détendu

S'ensuivirent les quatre jours les plus dramatiques de l'histoire financière suisse récente. Le Conseil fédéral, la Banque nationale, la Finma et les représentants des deux grandes banques se sont réunis en urgence les uns après les autres.

Cela a également fait clignoter les signaux d'alarme chez Sergio Ermotti: «Il n'y a pas de réunion d'urgence du Conseil fédéral qui soit rendue publique sans raison. Pour moi, il était clair que Credit Suisse ne pouvait pas continuer comme ça lundi. Il fallait que quelque chose se passe ce week-end.»

Il n'a toutefois pas ressenti un quelconque stress de son côté: «Jusqu'à samedi après-midi, je n'étais qu'un observateur», raconte le Tessinois, qui est par ailleurs président d'un club de football. «Jeudi et vendredi, j'ai fait du ski. Samedi, j'ai regardé le match de football de mon FC Collina d'Oro contre Zoug 94. Jusqu'à la mi-temps, j'ai ignoré tous les téléphones.»

D'autres n'ont pas pu le faire: en utilisant le droit d'urgence et en contournant les actionnaires des deux grandes banques, le plan de sauvetage a été ficelé, Credit Suisse a été vendu à l'UBS pour trois milliards de francs. Dimanche soir à 19h30, la ministre des Finances Karin Keller-Sutter, le président de la Confédération Alain Berset, la présidente de la Finma Marlene Amstad, le président de la BNS Thomas Jordan ainsi que le président de l'UBS Colm Kelleher se sont présentés devant les médias. Ils ont annoncé la fin de la banque Credit Suisse. Le président de Credit Suisse Axel Lehmann était également assis à la table. 

Publicité

De nouvelles règles pour les banques

Le choc a été grand en Suisse. L'expression «banque monstre» a rapidement fait le tour du monde. Le total du bilan de l'UBS s'est gonflé d'un coup pour atteindre plus du double de la performance économique annuelle de la Suisse. Pour Tobias Straumann, la taille de l'UBS et l'absence d'une deuxième grande banque laissent entrevoir ce qui se passerait si des difficultés affectaient l'UBS: «Une nationalisation partielle temporaire ne pourra guère être évitée à l'avenir, même si la banque est ensuite liquidée.»

Dans le monde politique, des appels à une réglementation plus stricte des banques ont immédiatement été lancés. Ces appels se sont depuis calmés. «Entre-temps, beaucoup de personnes ont compris. Même avec plus de capital, on n'aurait pas pu sauver Credit Suisse», assure aujourd'hui Sergio Ermotti. En d'autres termes: les faits concernant le naufrage de Credit Suisse doivent d'abord être mis sur la table, puis il faudra réfléchir à un renforcement de la Finma et à de nouvelles règles pour les banques.

Incertitude des collaborateurs

Entre-temps, l'intégration de Credit Suisse progresse. Selon toute vraisemblance, ce processus devrait être achevé en 2026: «C'est un marathon et nous n'en sommes qu'à 10 kilomètres, a déclaré Sergio Ermotti. Mais nous sommes conscients que nous nous sommes bien entraînés. Nous veillons à boire et à nous ravitailler régulièrement. Nous savons aussi que dans tout marathon, il peut y avoir des revers.» Mais le patron de l'UBS est convaincu que la banque les surmontera et atteindra l'arrivée, saine et sauve.

Certains resteront toutefois sur le carreau. Rien qu'en Suisse, l'UBS veut supprimer 3000 emplois. On ne sait pas encore qui sera touché. Notamment parce que les systèmes de Credit Suisse vont continuer à fonctionner jusqu'à ce que l'intégration soit complètement terminée. L'incertitude ressentie par de nombreux collaborateurs ne se dissipera pas avant longtemps.

Publicité
Vous avez trouvé une erreur? Signalez-la