Après la claque aux élections
Président des Vert-e-s, Balthasar Glättli n'exclut pas de démissionner

Le président des Vert-e-s Balthasar Glättli n'exclut pas de démissionner après la défaite de son parti aux élections fédérales, a-t-il annoncé lors d'une émission de la SRF lundi.
Publié: 23.10.2023 à 08:09 heures
|
Dernière mise à jour: 23.10.2023 à 14:57 heures
Balthasar Glättli est président des Vert-e-s depuis 2020 (archives).

Au lendemain des élections fédérales, lors desquelles les Vert-e-s ont enregistré des pertes massives, Balthasar Glättli n'exclut pas de démissionner. «Nous devrons en discuter» avec le parti, a relevé lundi matin le conseiller national zurichois sur les ondes de la radio alémanique SRF. «Nous allons nous asseoir ensemble et analyser les élections de manière approfondie», a-t-il ajouté, soulignant que ce genre de décision ne devait pas se prendre seul.

Concernant les ambitions de son parti pour le Conseil fédéral, Balthasar Glättli a reconnu qu'il était «assez évident» que le résultat dominical des Vert-e-s n'allait pas «booster» leurs ambitions. Le groupe parlementaire des Vert-e-s prendra une décision vendredi.

Pertes massives

Leur cheffe de groupe, Aline Trede, avait déclaré dimanche à Keystone-ATS que le parti pensait encore à se présenter pour le Conseil fédéral en décembre. «La tendance est à la candidature», avait-elle dit.

Dimanche, les Vert-e-s ont perdu près d'un cinquième de leur délégation au Conseil national, soit cinq sièges. Ils ne comptent plus que 23 mandats et sont la cinquième force politique du pays.

(ATS)

Vous avez trouvé une erreur? Signalez-la