Un hublot s'envole
Atterrissage d'urgence pour un avion d'Alaska Airlines

Un avion d'Alaska Airlines a été contraint d'effectuer un atterrissage d'urgence après qu'un hublot de l'appareil s'est envolé au décollage. Aucune victime n'est à déplorer.
Publié: 06.01.2024 à 11:33 heures
1/4
Le hublot a carrément sauté après le décollage, causant une baisse de pression importante.

Un avion d'Alaska Airlines, avec 177 personnes à bord, a dû effectuer un atterrissage d'urgence vendredi dans l'Oregon aux États-Unis (Nord-Ouest). Des passagers ont en effet signalé que le panneau d'un hublot s'était envolé après le décollage, a annoncé la compagnie.

Le vol 1282 a décollé de l'aéroport international de Portland vers 17h00 avant de revenir en toute sécurité «après que l'équipage a signalé un problème de pressurisation», a déclaré sur le réseau social X (ex-Twitter) l'administration fédérale de l'aviation (Federal Aviation Administration, FAA). Des images diffusées sur les réseaux sociaux ont montré le hublot d'un avion soufflé, avec des masques à oxygène pendant du plafond de l'appareil.

Juste après le décollage

Un passager du vol, Kyle Rinker, a expliqué à la télévision américaine CNN que le hublot avait sauté juste après le décollage. «C'était vraiment brutal. A peine en altitude, la façade du hublot s'est juste détachée et je ne m'en suis aperçu que lorsque les masques à oxygène sont descendus», a-t-il raconté.

Une autre passagère, Vi Nguyen, a dit au quotidien américain The New York Times qu'elle avait été réveillée par un bruit fort durant le vol.

«J'ai ouvert les yeux et la première chose que j'ai vue c'était le masque à oxygène juste devant moi, a-t-elle expliqué. Et j'ai regardé sur la gauche et le panneau latéral était parti. La première chose qui m'est venue à l'esprit c'était: 'je vais mourir'», a-t-elle ajouté.

Appareil certifié en octobre

Le Bureau national de la sécurité des transports, la FAA et Alaska Airlines ont chacun assuré qu'ils enquêtaient sur l'incident. L'appareil avait été certifié en octobre, selon le registre de la FAA disponible en ligne.

Publicité

Le constructeur de l'appareil, l'avionneur américain Boeing, a écrit sur X qu'il rassemblait davantage d'informations et qu'une équipe technique se tenait à la disposition des enquêteurs.

(AFP)

Vous avez trouvé une erreur? Signalez-la