Politiciennes, journalistes...
Découvrez les 5 femmes les plus importantes du système Poutine

En Russie, certaines femmes briguent des postes à très haute responsabilité, à l'instar de Valentina Matviyenko, troisième personne la plus puissante de l'Etat. Blick vous dévoile les cinq femmes les plus importantes dans la structure du pouvoir de Vladimir Poutine.
Publié: 11.03.2023 à 22:29 heures
|
Dernière mise à jour: 12.03.2023 à 06:10 heures
1/6
Troisième personne la plus puissante en Russie: Valentina Matviyenko, présidente du Conseil de la Fédération.

En Russie, les femmes sont officiellement égales aux hommes depuis la révolution d'octobre 1917. Mais dans la pratique, il existe encore aujourd'hui des inégalités de traitement. Ainsi, à Moscou, les femmes n'avaient par exemple pas le droit d'être conductrices de métro jusqu'au début de l'année 2021. En outre, les victimes de violences domestiques ne sont pas suffisamment protégées par la loi en Russie.

Dans la vie professionnelle, de nombreuses femmes accèdent à des postes de direction en Russie. Le constat n'est pas récent: dans une enquête menée par le cabinet de conseil américain Grant Thornton sur la proportion de femmes parmi les cadres supérieurs, la Russie a occupé à plusieurs reprises la première place. Plusieurs femmes font également partie du cercle restreint du pouvoir du président russe Vladimir Poutine. Voici les plus importantes:

1

Valentina Matviyenko

Après le président Vladimir Poutine et le Premier ministre Mikhaïl Michoustine, Valentina Matviyenko est la troisième personne la plus puissante en Russie. Pour cause, elle est depuis 2011 la présidente du Conseil de la Fédération, la chambre haute du Parlement russe. Le Conseil de la Fédération représente les différents Etats membres de la Fédération de Russie. Contrairement à la deuxième chambre du Parlement, la Douma, le Conseil de la Fédération ne peut pas être dissous par le président. Valentina Matviyenko est née en 1949 à Chepetivka, à l'ouest de Kiev. L'Ukraine faisait alors partie de l'Union soviétique. Elle a ensuite étudié à Leningrad, la ville natale de Vladimir Poutine, qui s'appelle aujourd'hui Saint-Pétersbourg. En 1972, celle qui deviendra la femme la plus puissante du pays a adhéré au parti communiste et a été élue en 1989 au Congrès des députés du peuple, devenant ainsi la plus jeune femme députée. De 2003 à 2011, elle a été gouverneure de Saint-Pétersbourg. Mme Matviyenko est considérée comme une fervente supportrice du président et est envisagée lorsque la succession de Vladimir Poutine est évoquée. Elle est même parfois qualifiée de son bras droit.

2

Irina Iarovaïa

Irina Iarovaïa a autrefois collaboré avec la fondation «Russie ouverte» de l'oligarque d'opposition Mikhaïl Khodorkovski. Aujourd'hui, elle est membre du parti au pouvoir Russie Unie et est une partisane de la ligne dure en matière de politique de sécurité. Elle s'est surtout fait connaître en tant qu'autrice de la loi antiterroriste radicalement renforcée en Russie. Celle-ci porte officieusement son nom. La «loi Iarovaïa» stipule que les opérateurs de télécommunications russes doivent enregistrer toutes les conversations téléphoniques et tous les messages des utilisateurs pendant six mois et permettre aux services secrets d'y accéder à tout moment. La politicienne de 56 ans a également rédigé la loi sur les «agents étrangers», qui oblige les organisations et les médias financés par l'étranger à s'enregistrer. Irina Iarovaïa est née en 1966 à Makiiwka, dans l'actuel est de l'Ukraine. Dès l'âge de 28 ans, elle serait devenue procureure adjointe dans la région du Kamtchatka, à l'est de la Russie, et à 29 ans, chef du département d'enquête du parquet. Après une carrière de politicienne régionale, elle a été élue pour la première fois à la Douma en 2007. Depuis 2016, elle est porte-parole adjointe de cette dernière.

3

Jelena Mizulina

À 68 ans, Jelena Mizulina se considère comme la gardienne de la morale. L'ancienne députée de la Douma, aujourd'hui sénatrice, s'engage en premier lieu dans le domaine de la politique familiale. Interrogée par le magazine «Spiegel», l'historienne franco-russe Galia Ackerman décrivait Jelena Mizulina comme «l'une des personnes les plus intolérantes qui soient.» Elle est considérée comme l'autrice de la loi controversée contre la propagande homosexuelle en Russie. C'est également à son initiative qu'a été introduite une loi qui, en cas de violence au sein de la famille, ne prévoit plus que des amendes administratives tant qu'elle n'entraîne que des «bleus ou des écorchures» et pas de graves problèmes de santé. Jelena Mizulina est née en 1954 dans la ville russe de Bui. Elle a étudié le droit à l'université d'État de Yaroslavl. La politicienne a été membre de la Douma de 1995 à 2003, puis de nouveau de 2007 à 2015, et est membre du Conseil de la Fédération depuis 2015. En raison de son soutien à l'annexion de la Crimée par la Russie en 2014, elle a été inscrite sur les listes de sanctions des États-Unis et de l'Union européenne.

4

Marija Zakharova

Marija Zakharova est connue en Russie et au-delà pour ses commentaires incendiaires sur les médias sociaux. Malgré son statut de diplomate, elle ne respecte pas toujours le protocole. Elle fait partie des blogueurs russes les plus lus et est également souvent citée par les médias étrangers. Depuis 2015, elle est la directrice du service de presse du ministère russe des Affaires étrangères. Marija Zakharova est née en 1975 à Moscou dans une famille de diplomates. Elle a passé son enfance à Pékin, la capitale chinoise, où ses parents travaillaient. La diplomate a étudié à l'Institut national des relations internationales de Moscou. Les médias occidentaux l'ont surnommée «le troll en chef de Poutine.»

Publicité
5

Margarita Simonian

La directrice de la chaîne étrangère russe RT ne fait pas mystère du point de vue russe qu'elle défend avec son média. Depuis mars 2022, les contenus de RT sont donc censurés dans toute l'Union européenne. En Suisse, l'interdiction ne s'applique pas.

Margarita Simonian est née en 1980 à Krasnodar, dans le sud de la Russie, de parents arméniens. Elle est issue d'un milieu pauvre, son père réparait des réfrigérateurs, sa mère était femme au foyer. Dans sa jeunesse, Margarita a vécu un an aux États-Unis grâce à une bourse d'études. Le voyage a surtout détruit ses illusions sur l'«American Way of Life», véhiculées par la télévision, a-t-elle raconté plus tard. Elle travaillait déjà pour des médias locaux russes alors qu'elle étudiait le journalisme à l'université publique du Kouban à Krasnodar. En tant que «figure centrale de la propagande d'Etat» et en raison de sa proximité avec Vladimir Poutine, elle a été sanctionnée par l'Occident dès le début de la guerre en Ukraine.

Vous avez trouvé une erreur? Signalez-la