Législatives en Arménie
Le premier ministre Pachinian revendique la victoire

Le premier ministre arménien Nikol Pachinian a revendiqué la victoire aux élections législatives de dimanche en Arménie. Son parti arrive largement en tête, selon des résultats partiels.
Publié: 21.06.2021 à 10:30 heures
La popularité de Nikol Pachinian s'est effondrée après la déroute de l'Arménie lors d'une guerre contre l'Azerbaïdjan voisin en automne 2020.

«Nous savons déjà que nous avons remporté une victoire convaincante lors des élections et que nous aurons une majorité convaincante au Parlement», a affirmé M. Pachinian, lors d'un discours diffusé en direct sur sa page Facebook. Il a appelé ses partisans à se réunir lundi à 20h00 sur la place de la République, dans le centre de la capitale Erevan.

«Le peuple arménien a donné à notre parti Contrat civil le mandat pour diriger le pays et à moi personnellement pour le diriger comme Premier ministre», a-t-il ajouté.

Ce cri de victoire intervient alors que Contrat civil a obtenu presque 59% des suffrages contre près de 19% pour la formation de son principal rival, l'ex-président Robert Kotcharian, après le dépouillement des bulletins dans plus de 30% des bureaux de vote.

La popularité record de M. Pachinian s'est effondrée après la déroute de l'Arménie contre l'Azerbaïdjan

L'ex-journaliste Pachinian, 46 ans, porté au pouvoir en 2018 par une révolution pacifique contre les vieilles élites corrompues, affronte M. Kotcharian, 66 ans, qui accuse son rival d'incompétence et se pose en dirigeant expérimenté.

La popularité record de M. Pachinian s'est effondrée après la déroute de l'Arménie contre l'Azerbaïdjan dans le Nagorny Karabakh. Après six semaines de combats ayant fait plus de 6500 morts, Erevan a dû céder d'importants territoires qu'elle contrôlait depuis un premier conflit dans les années 1990 pour le contrôle de cette région sécessionniste azerbaïdjanaise majoritairement peuplée d'Arméniens.

Les quelque 2,6 millions d'électeurs arméniens devaient élire 101 députés pour cinq ans, dans le cadre d'un vote à la proportionnelle. Si aucune majorité ou coalition majoritaire n'émerge, un second tour devra être organisé le 18 juillet entre les deux partis ayant obtenu le meilleur score.

Publicité

(ATS)

Vous avez trouvé une erreur? Signalez-la