Le Kremlin nie l'exode hors du pays
Bientôt un million de réfugiés russes à cause de la guerre en Ukraine?

Depuis le début de la guerre en Ukraine, des centaines de milliers de Russes ont fui le pays pour se réfugier dans des États voisins. Le Kremlin nie l'ampleur du mouvement.
Publié: 13.11.2022 à 14:28 heures
1/5
Des Russes devant le poste-frontière avec la Géorgie. La guerre en Ukraine a provoqué un véritable exode en Russie.
Daniel Kestenholz

Impossible de vérifier de manière indépendante les chiffres ou de garantir leur exactitude. Reste que la mobilisation forcée de centaines de milliers de Russes pour la guerre en Ukraine a créé un exode en Russie. Une nouvelle diaspora russe composée principalement de jeunes et de membre de la classe moyenne urbaine est en train de se former et de fuir le pays.

Rien qu’en Géorgie, environ 700’000 Russes seraient entrés dans le pays, assure la présidente géorgienne Salomé Zourabichvili au micro de Radio France. Environ 100’000 Russes seraient restés sur place et 600’000 auraient poursuivi leur route, notamment vers l’Arménie ou la Turquie, puis vers l’Europe.

Les autres destinations privilégiées par les réfugiés russes sont la Serbie, Israël et les Émirats arabes unis. D’après la cheffe d’État, la plupart des Russes qui sont entrés en Géorgie sont jeunes ou appartiennent à la classe moyenne.

Le Kremlin dément les chiffres

Le journal «Komsomolskaya Pravda» rapporte que 200'000 autres Russes, jeunes aussi pour la plupart, sont entrés au Kazakstan il y a un mois. La plupart d’entre eux fuyaient apparemment le service militaire obligatoire en Ukraine.

Le porte-parole du Kremlin Dmitri Peskov avait déjà démenti début octobre de telles informations. «Je n’ai pas de chiffres exacts, mais ils sont évidemment très éloignés de ce qui est affirmé», avait contredit l’homme d’État, cité par l’agence de presse Reuters.

À cela devraient s’ajouter des dizaines de milliers de réfugiés qui ont quitté le pays par d’autres routes ou qui disposaient encore d’un visa Schengen valable. Mi-septembre, les États Schengen avaient suspendu les facilités de visa pour les Russes.

Publicité
Vous avez trouvé une erreur? Signalez-la