Le chef de l'ONU est inquiet
«La dimension et la vitesse» vers la destruction du Soudan «sont sans précédent»

Le chef de l'ONU, Antonio Guterres, s'est inquiété ce lundi à Genève du fait que le Soudan ne devienne une «zone de non-droit», ainsi que de violences ethniques au Darfour qui pourraient constituer des crimes contre l'humanité.
Publié: 19.06.2023 à 16:00 heures
Plus de deux millions de personnes ont fui les violences vers l'intérieur du pays ou les pays voisins.

Il faut éviter que le Soudan ne devienne une «zone de non-droit». Le secrétaire général de l'ONU s'est dit lundi inquiet, au début d'une réunion de donateurs à Genève, de violences ethniques au Darfour qui pourraient constituer des crimes contre l'humanité.

«La dimension et la vitesse» vers la destruction du pays «sont sans précédent», a affirmé Antonio Guterres dans un message vidéo. Or, il redoute que cette insécurité se propage à l'ensemble de la région.

Très inquiet

Il se dit très inquiet des indications de violences sexuelles et des affrontements ethniques au Darfour. «Des attaques ciblées contre des civils en raison de leur identité ethnique pourraient équivaloir à des crimes contre l'humanité», insiste-t-il.

La communauté internationale est réunie pour tenter de rassembler davantage de financements pour aider le pays. L'ONU et des partenaires demandent trois milliards de dollars pour assister les civils dans les six prochains mois au Soudan et dans les pays voisins. Mais moins de 20% de cette enveloppe a été reçue.

(ATS)

Vous avez trouvé une erreur? Signalez-la