Steffi Buchli sur l'annonce
Retraite de Federer: «Swiss Tennis a failli tout faire capoter!»

L'annonce de la retraite de Roger Federer a mis en émoi toutes les rédactions, de Suisse et d'ailleurs. Éviter les fuites était un immense défi et ce jeudi, c'était moins une, raconte Steffi Buchli, rédactrice en cheffe des sports à Blick.
Publié: 15.09.2022 à 19:42 heures
Steffi Buchli a raconté le contexte rocambolesque de l'annonce de Roger Federer.

Il était un peu plus de 15h15 lorsqu'une notification de Blick, dans sa version alémanique, annonçait ce que tous les fans de Roger Federer redoutaient depuis des mois: «King Roger tritt ab.» Le roi Roger s'en va. Si notre rédaction a été la première au monde à réagir au post Instagram de «RF», c'est parce qu'elle a profité d'une indiscrétion involontaire, comme l'a expliqué Steffi Buchli, rédactrice en cheffe des sports, à Blick TV.

Roger Federer prend sa retraite, mais il jouera encore une fois: la semaine prochaine à la Laver Cup.
En effet. C'est une belle tribune pour s'en aller, lui qui a participé à la création de cette compétition.

Beaucoup d'observateurs pensaient qu'il allait profiter d'être chez lui, à Bâle le mois prochain lors des Swiss Indoors, pour faire cette annonce.
Depuis l'année passée, il a pris un peu plus de distance avec Bâle. La relation n'était plus aussi forte qu'elle a pu l'être par le passé. Donc je pense que la Laver Cup était particulièrement propice pour un jubilé. Ce n'est, en réalité, pas une surprise.

Roger Federer ne se faisait donc plus d'illusions sur sa capacité à retrouver le plus haut niveau?
Il le dit lui-même dans son communiqué: «Je vais rejouer au tennis, mais plus sur le tour ni en Grand Chelem». Cela montre tout son amour pour ce sport, il arrête simplement la compétition.

On a vu le tsunami que cela a engendré sur les réseaux sociaux, avec de nombreuses réactions en quelques minutes seulement. Comment est-ce que l'on organise une telle annonce?
Je prends le pari que c'était le jour le plus stressant pour tout le staff de management autour de Roger Federer. Il n'y aurait rien eu de pire qu'une fuite et que l'annonce ne soit pas faite par le joueur lui-même.

Et pourtant, ça a failli arriver, non?
En effet! Nous guettions une telle annonce et nous avions un œil sur toutes les pages liées à Roger Federer. Et soudain, un message est apparu très brièvement sur le site de Swiss Tennis: «MERCI ROGER!»

Publicité

Qu'avez-vous fait?
Nous avons pensé que le tremblement de terre arrivait et nous nous sommes préparés en conséquence. Mais nous n'avons évidemment pas voulu couper l'herbe sous le pied de Roger Federer. Vous imaginez l'incident nucléaire si Swiss Tennis avait court-circuité l'annonce du joueur?

Cela veut néanmoins dire que beaucoup de monde devait être au courant?
C'est évident. On ne peut pas avoir de si gros sponsors et que ces marques découvrent votre retraite sur Instagram! Le cercle de personnes au courant a dû grandir au fil des heures et jours, et avec cela, le risque de fuite.

Et pourtant, cela a fonctionné!
Oui, et il faut dire bravo à toutes les personnes impliquées. Ce n'est pas simple de garder le silence à propos d'une telle nouvelle.

Contrôle et perfectionnisme: ce sont deux mots qui ont jalonné la carrière de Roger Federer.
(Rires) C'est vrai, et cela a été le cas jusqu'au bout. Federer a toujours voulu garder le contrôle, tenir le couteau par le manche aussi bien que sa raquette. C'est du perfectionnisme, il n'y a rien à ajouter. Tous ceux qui ont vu ses matches vont garder en mémoire l'élégance qu'il dégageait, sans penser aux milliers d'heures de travail qu'il y avait derrière.

Publicité

Il doit être soulagé maintenant, non?
En effet, il doit être libéré d'un poids terrible. Cela fait des mois qu'il lutte pour revenir au plus haut niveau, où il y a toujours une partie de lui qui ne devait pas accepter cette perspective de retraite. Ce n'est jamais évident pour un sportif de vivre ces moments-là.

Et pour sa famille non plus.
Roger Federer, c'était une PME! Il y avait de nombreuses personnes impliquées, et il ne faut pas oublier qu'il a passé 24 ans sur le circuit ATP. Certains sont désormais fixés: ils pourront se mettre à la recherche d'un nouveau travail...


Vous avez trouvé une erreur? Signalez-la