Champion dès mardi?
Olympic à un succès du sacre face à Massagno

Olympic aura l'occasion de décrocher son 21e titre de champion de Suisse dès mardi à St-Léonard.
Publié: 10.06.2023 à 21:44 heures
Davonta Jordan (2) et Olympic mènent 2-1 face à Massagno.

Les Fribourgeois ont repris l'avantage 2-1 face à Massagno en finale des play-off de SBL après s'être imposés 95-81 samedi devant leur public.

Battus d'un point (77-76) mardi alors qu'ils avaient le match en main et qu'ils avaient survolé les débats lors de l'acte I (108-80), les hommes du coach Petar Aleksic ont probablement fait le plus dur samedi. D'autant que Massagno et son entraîneur Robbi Gubitosa ont perdu leurs nerfs durant cette partie.

Massagno trop nerveux

Ce match s'est joué alors qu'il restait 6'01'' dans le troisième quart-temps et qu'Olympic menait 57-51. Les arbitres ont accordé le panier plus la faute à Roberto Kovac après que le «sniper» d'Olympic avait armé son tir en retombant à la suite d'une faute de Juwann James. Cette décision a provoqué l'ire des Tessinois.

Shannon Bogues a craqué en premier et a écopé de sa deuxième faute technique dans cette rencontre, synonyme d'expulsion. Robbi Gubitosa a également été prié de rejoindre prématurément les vestiaires quelques instants plus tard, après avoir (légèrement) bousculé Roberto Kovac sous les yeux de l'arbitre.

Kovac et Boris Mbala n'ont pas tremblé sur la ligne des lancers-francs dans la foulée, permettant à leur équipe de prendre 12 longueurs d'avance (73-51). Groggy, privé de son meneur de jeu et de son coach, Massagno s'est alors battu avec ses armes, porté par un Marko Mladjan en feu (25 points, 8 rebonds).

Olympic ne comptait d'ailleurs que 6 points d'avance (77-71) à huit minutes de la fin du match. Mais les Fribourgeois ont parfaitement négocié les dernières minutes, Massagno étant alors pénalisé par son manque de profondeur de banc et par les fautes sifflées contre ses rares joueurs majeurs encore présents sur le parquet.

Publicité

Massagno a de quoi se sentir lésé, même si Olympic aurait pu gagner sans le «concours» des arbitres. La pilule est d'autant plus dure à avaler que les Tessinois évoluaient avec trois renforts étrangers seulement: Isaiah Williams a été victime d'une fracture d'un coude sur un contre très limite d'Arnaud Cotture lors de l'acte II...

(ATS)

Vous avez trouvé une erreur? Signalez-la