Avant la draft NBA
Le Français Wembanyama fait déjà saliver les sponsors

Il n'a que 19 ans, mais n'a encore jamais porté un maillot de NBA. Le prodige français Victor Wembanyama fait toutefois déjà saliver les sponsors.
Publié: 21.06.2023 à 06:52 heures
|
Dernière mise à jour: 21.06.2023 à 17:52 heures
La marque Wembanyama vaut déjà de l'or.

«C'est unique», s'enthousiasme Sonny Vaccaro, l'homme qui a fait signer Michael Jordan chez Nike et Kobe Bryant chez Adidas. «Sur une vie à évaluer la valeur financière de sportifs, je n'ai jamais rien vu de pareil. Ce gamin va entrer dans l'histoire.» Victor Wembanyama, jeune prodige française de 19 ans, se retrouve déjà sous les projecteurs, avant même d'avoir porté un maillot de NBA.

Le premier grand contrat attendu pour celui qui devrait être sélectionné jeudi par les San Antonio Spurs est celui de l'équipementier, qui s'engage traditionnellement avant les autres.

En février, l'un des agents de «Wemby», Bouna Ndiaye, évoquait, dans un entretien à ESPN, le seuil symbolique de 100 millions de dollars pour associer son nom à une marque de chaussures. Il s'agirait d'un record pour un joueur n'ayant encore jamais pris part à un match de la NBA, devant les 90 millions offerts par Nike à LeBron James en 2003.

Déjà sous contrat avec le géant du Chesnay, la marque à la virgule est bien positionnée pour le garder dans son écurie, après revalorisation. Steve Rosner, de l'agence 16W Marketing, voit ce «deal» complété rapidement par quelques millions provenant des cartes de collection et autres produits dérivés.

La donne a changé

«Avec la promotion et le battage dont il a déjà bénéficié», dans les médias mais aussi par le biais de la ligue nord-américaine, qui a permis de diffuser aux Etats-Unis ses matches en France, «c'est un ambassadeur unique, qui peut obtenir ce type de contrats avant même d'avoir foulé un parquet de NBA», insiste-t-il.

Pendant longtemps, les étrangers débarquant en NBA ne suscitaient que peu d'intérêt chez les sponsors, à l'image d'Hakeem Olajuwon, Dirk Nowitzki ou Pau Gasol. «Madison Avenue préfère un Américain», disait le consultant Marty Blackman au New York Times en 1995, en référence aux grandes agences publicitaires de la «Grosse Pomme», qui boudaient Olajuwon, pourtant champion en titre avec Houston.

Publicité

Mais pour Victor Matheson, professeur à l'université Holy Cross, la donne a changé en 2002, avec l'arrivée du Chinois Yao Ming. Il «a été important, parce qu'il a ouvert le marché chinois à la NBA», rappelle-t-il.

Or aujourd'hui, la ligue compte plus de fans hors de son territoire qu'il n'y a d'habitants aux Etats-Unis. Selon le magazine Forbes, Giannis Antetokounmpo, deux fois élu meilleur joueur de la NBA et champion en 2021, a gagné plus en dehors des parquets (45 millions de dollars) que le salaire que lui versent les Milwaukee Bucks (42 millions).

«Nous voulons rendre Victor rare»

«Victor peut ouvrir de nouveaux marchés» à la NBA, anticipe Victor Matheson. Son profil international peut même attirer des multinationales à la stratégie marketing mondiale, selon Steve Rosner, à l'instar de Yao Ming avec Coca-Cola, McDonald's ou Visa, en son temps.

Il y a 20 ans, le fait d'évoluer dans un petit marché comme San Antonio aurait pu amoindrir l'attrait commercial d'un joueur, si fort soit-il. Mais «la NBA est mondialisée aujourd'hui», rappelle Sonny Vaccaro, grâce au streaming et aux réseaux sociaux. «Cela n'a plus d'importance.»

Publicité

Les autres partenariats de «Blank Check» (chèque en blanc), comme l'a surnommé l'ancien joueur Jalen Rose, pourraient prendre un peu plus de temps à se concrétiser.

D'abord parce que le joueur et son entourage ne sont pas pressés. «Nous voulons rendre Victor rare», a expliqué, en février, Bouna Ndiaye. Et, selon l'agent, «il rejette des contrats à plusieurs millions de dollars parce qu'il veut se concentrer sur le basket».

Un peu d'attente

Côté partenaires, «vous ne voulez probablement pas parier toute l'entreprise sur un joueur, qui n'a encore jamais joué une minute en NBA», fait ensuite valoir Victor Matheson. «Ils vont attendre d'en voir un peu plus.» Mais «s'il fait sur le terrain tout» ce qui est attendu de lui, «le reste suivra», prévient Steve Rosner.

«Pour gagner les mêmes sommes que LeBron James ou Michael Jordan, ce n'est pas le premier contrat (de sponsoring) qui compte», souligne Victor Matheson. «Jordan n'est pas devenu milliardaire grâce à un bon premier deal, mais parce que», au fil des années, «son jeu lui a permis de signer contrat après contrat.»

Publicité

(ATS)

Vous avez trouvé une erreur? Signalez-la