Une rente de plus à la retraite
Les hypothèques spéciales peuvent-elles aider les propriétaires pauvres?

Tout le monde n'a pas les moyens de passer sa retraite dans sa propre maison. Pour ceux qui craignent de devoir vendre leur bien immobilier, il existe de nouvelles possibilités. Mais cette manne supplémentaire comporte des risques. Blick vous explique pourquoi.
Publié: 27.12.2022 à 06:08 heures
|
Dernière mise à jour: 27.12.2022 à 15:37 heures
1/5
Les offres sont encore rares, mais certaines banques cantonales font néanmoins la promotion de l'hypothèque dite inversée.
RMS_Portrait_AUTOR_1058.JPG
Ulrich Rotzinger

L'immobilier représente la plus grande partie de la fortune des ménages suisses. Pourtant, les propriétaires âgés peuvent être confrontés à des difficultés financières. A savoir lorsqu'ils souhaitent continuer à vivre dans leur propre maison à la retraite, mais que leur pension suffit à peine, voire pas du tout, à couvrir toutes les dépenses quotidiennes.

«Cela me rend malade quand les gens pensent que je suis riche simplement parce que je suis propriétaire de ma maison», déclare une retraitée de Pratteln (Bâle-Campagne) au «Beobachter». La valeur locative creuse un trou dans son budget. L'octogénaire doit payer environ 3000 francs d'impôts supplémentaires – une somme énorme compte tenu de ses petites ressources. L'ancienne indépendante a investi toute sa vie ses économies dans son rêve de devenir propriétaire. Tout son capital est placé dans sa maison.

Selon le magazine des consommateurs, le conseiller cantonal tessinois Carlo Lepori propose une nouvelle solution pour les «pauvres propriétaires». L'idée est la suivante: les banques cantonales doivent proposer une hypothèque spéciale à tous les propriétaires qui sont dans le besoin à cause des impôts sur la valeur locative et qui doivent vendre leur maison. Celle-ci devrait leur permettre de subvenir à leurs besoins. Selon les informations du «Beobachter», cette idée est loin de plaire aux banques suisses.

Peu d'offres jusqu'à présent – il faut peser le pour et le contre

Les offres de telles hypothèques spéciales sont donc encore rares, mais elles existent. La Banque cantonale vaudoise explique ainsi sur son site web que l'hypothèque inversée – aussi appelée reverse mortgage – «prend la forme d’un prêt à vie, versé sous forme de rente régulière sur une durée déterminée ou illimitée. Ce système permet aux propriétaires d’accéder à leurs fonds propres pour financer leur retraite tout en conservant leur logement, l’obligation de rembourser étant différée jusqu’à leur décès. Le bien immobilier est alors vendu.

Au lieu de devoir vendre sa maison, on emprunte le bien immobilier que l'on occupe avec une hypothèque. La rente mensuelle qui en découle ne doit pas être déclarée comme revenu imposable. La maison sert de garantie à la banque, la propriété reste inscrite au registre foncier en tant que telle, et il n'est pas nécessaire d'avoir un revenu.

Plusieurs conditions – qui peuvent varier selon les banques – sont cependant nécessaires pour l'obtention d'une hypothèque inversée: les demandeurs doivent être âgés d'au moins 60 ans, l'hypothèque sur le bien immobilier est entièrement ou en grande partie remboursée, le bien immobilier doit être en bon état, bien situé, de valeur stable et utilisé par le propriétaire. Avec ces critères, certains seniors ne peuvent pas remplir ces exigences, note le «Beobachter».

Publicité

Les désavantages de l'hypothèque inversée

Certes, une rente immobilière permet éventuellement de résoudre des problèmes financiers à la retraite. Mais il existe aussi des pièges à ne pas négliger.

En effet, en cas de décès, la rente immobilière diminue la succession. La raison: la banque qui accorde le crédit récupère la maison pour rembourser les dettes. L'hypothèque inversée devrait donc plutôt convenir aux retraités qui n'ont pas d'héritiers proches. Il est également important de comparer les offres, même si le nombre de prestataires est encore limité.

L'Union suisse des propriétaires fonciers et le VZ Vermögenszentrum fournissent des informations sur la rente immobilière. Ces derniers font remarquer que l'hypothèque inversée est toujours un contrat de crédit qui ne peut pas être annulé facilement. En outre, elle est considérée comme un produit cher en raison de ses frais élevés.

Perte de la maison en cas de décès ou de déménagement

Les personnes intéressées par une telle hypothèque spéciale devraient également tenir compte du fait qu'en quittant sa propre maison, on met normalement fin à sa rente immobilière. Dans ce cas, le prêteur a la possibilité de vendre le bien immobilier pour rembourser la dette. S'il reste encore quelque chose du produit de la vente, celui-ci est versé aux anciens propriétaires ou, en cas de décès, aux héritiers.

Publicité

Si le bénéficiaire de l'hypothèque inversée doit par exemple déménager dans une maison de retraite, il perdrait sa maison en déménageant.

Une alternative à la rente immobilière est de louer son propre bien immobilier et de déménager dans un appartement plus petit à la retraite. Ou profiter des bonnes opportunités de vente et des prix élevés que le marché immobilier suisse offre encore actuellement. Dans ce cas également, il convient de demander conseil à des spécialistes du domaine.


Vous avez trouvé une erreur? Signalez-la