Tunnel entre Morges et Perroy, gare de Genève...
Le Conseil fédéral débloque (enfin) 1,6 milliard pour le rail en Suisse romande

Mercredi, le Conseil fédéral a débloqué 2,6 milliards de francs supplémentaires pour des projets d'extensions pour le réseau ferroviaire suisse, dont un itinéraire d'évitement entre Lausanne et Genève, et l'aménagement de la gare de Genève.
Publié: 16.08.2023 à 14:30 heures
|
Dernière mise à jour: 16.08.2023 à 16:37 heures
Le Conseil fédéral a débloqué mercredi 2,6 milliards de francs supplémentaires pour des projets d'extensions ferroviaires.

Un itinéraire d'évitement doit être construit sur la ligne ferroviaire entre Lausanne et Genève, et la gare de Genève être réaménagée. Le Conseil fédéral a débloqué mercredi 2,6 milliards de francs supplémentaires pour ces projets d'extensions ainsi que d'autres. Le gouvernement entend continuer à renforcer le rail. Dans le cadre de sa «Perspective RAIL 2050», il fait le point sur l'état d'avancement de l'aménagement ferroviaire.

En conférence de presse à Berne, le ministre des Transports Albert Rösti a d'emblée montré sa préoccupation après la fermeture jeudi dernier du tunnel du Gothard pour des raisons de sécurité depuis le déraillement d'un train de marchandises. «Cela montre l'importance des connexions ferroviaires», a-t-il relevé. Celles-ci sont centrales pour l'économie, la société ou encore les loisirs.

Le gouvernement entend donc continuer à renforcer le rail. Sa «Perspective RAIL 2050» vise à améliorer les offres sur les courtes et moyennes distances, à développer le rail sur les longues distances là où il n'est pas encore compétitif par rapport au transport routier ou aérien, ainsi qu'à améliorer l'accès au rail dans le domaine du transport de marchandises.

2050 est un horizon important sur le long terme pour répondre à la stratégie climatique et énergétique de la Confédération, a noté Albert Rösti. Et de souligner l'importance du rail là où il n'est pas encore concurrentiel face au transport motorisé individuel. Le développement ferroviaire a aussi du potentiel dans et entre les villes, à l'international et pour le transport de marchandises.

Tunnel entre Lausanne et Genève

Entre Lausanne et Genève, un tunnel de neuf kilomètres entre Morges et Perroy (VD) doit permettre de faire face en cas de perturbations à partir de 2035, voire 2040. Cette option est plus facile à réaliser que la troisième voie prévue jusqu'à présent, qui aurait traversé une zone densément peuplée et aurait probablement suscité de nombreuses oppositions, selon le gouvernement.

Un affaissement de terrain s'était produit en novembre 2021 dans la zone de Tolochenaz et avait interrompu complètement le trafic pendant deux jours et demi avant de reprendre de manière limitée. Le ministre a discuté début juillet avec les autorités vaudoises de la «situation difficile et tendue» dans ce canton, incluant notamment les retards des travaux en gare de Lausanne.

Publicité

«Il est vraiment important pour le Conseil fédéral de respecter les demandes de la Suisse romande», a déclaré le Bernois. Le gouvernement débloque ainsi 1,3 milliard pour le tunnel. De plus, 340 millions supplémentaires sont demandés pour le réaménagement souterrain de la gare de Genève et y assurer un flux de personnes sûr.

Retards prévus

Une enveloppe est aussi prévue pour aménager le tunnel de base du Loetschberg sur deux voies sur toute sa longueur d'ici 2035, afin de créer des capacités supplémentaires aussi bien pour les voyageurs que pour les marchandises. En préambule, le ministre des transports a rappelé avoir grandi à Kandersteg (BE), «à deux kilomètres de l'entrée nord» du tunnel.

Des montants doivent aussi être alloués entre autres à l'aménagement des gares d'Olten (SO) et de Zurich-Stadelhofen. Le gouvernement veut aussi commencer la planification du projet de tunnel multifonctionnel au Grimsel.

Ces moyens sont à prélever sur le fonds d'infrastructure ferroviaire. Avec les projets déjà décidés dans les programmes d'aménagement en cours, le Conseil fédéral investit ainsi plus de 27 milliards jusqu'en 2035.

Publicité

Les travaux de construction battent leur plein, mais l'achèvement de certains projets en cours sera retardé de plusieurs années, notamment en raison de la multiplication de ceux-ci. Albert Rösti a rappelé que des chantiers «considérables» ont cours dans différentes régions de la Suisse, et dans certains cas alors que des trains circulent toujours.

Le gouvernement présentera en 2026 son message sur la prochaine étape d'aménagement. Un autre message est attendu en 2030. Les objectifs et l’orientation générale de la «Perspective Rail 2050» devront être pris en compte pour décider ces nouvelles étapes.

(ATS)

Vous avez trouvé une erreur? Signalez-la