Semestre en demi-teinte
Stadler désigne son nouveau patron

Le groupe Stadler Rail s'est trouvé un nouveau directeur général (CEO) en la personne de Markus Bernsteiner, au sortir d'un premier semestre qui a vu les nouvelles commandes presque doubler en comparaison annuelle.
Publié: 31.08.2022 à 11:25 heures
Le groupe Stadler Rail s'est trouvé un nouveau directeur général (CEO) en la personne de Markus Bernsteiner. (archives)

Le bénéfice net a cependant été réduit à peau de chagrin et les objectifs de rentabilité rabotés. Les prises de commandes enregistrées au cours des six premiers mois de 2022 se sont établies à 5,97 milliards de francs, en hausse de 91%. A fin juin, le carnet d'ordres affichait 21,73 milliards, soit 22% de mieux qu'un an plus tôt, a indiqué l'industriel de Bussnang mercredi dans son rapport à mi-parcours.

Le chiffre d'affaires net a progressé de 3,8% à 1,47 milliard de francs. Malgré les difficultés d'approvisionnement, l'entreprise s'enorgueillit de ce que les mesures mises en place - production en flux continu, optimisation des commandes de matériel, ancrage local des fournisseurs - ont permis d'éviter tout report significatif de livraison.

Les coûts supplémentaires se sont traduits par une hausse des coûts, ce qui n'a pas empêché Stadler de voir son excédent opérationnel (Ebit) bondir de plus d'un tiers (+36,9%) à 66,8 millions de francs, pour une marge afférente de 4,5%, en progression de 100 points de base (pb) sur un an.

Objectifs ajustés

Les effets de change de 30 millions en raison de la forte appréciation du franc, en particulier face à l'euro, ont pesé sur les résultats financiers, réduisant presque à néant le bénéfice net, ressorti à 2,4 millions, contre 26,3 millions un an plus tôt. A l'exception du résultat net, attendu à 18,9 millions, la copie rendue par le groupe thurgovien est supérieure aux projections des analystes sondés par AWP.

Au vu de sa performance semestrielle, la direction de Stadler a ajusté ses objectifs. Le groupe vise désormais pour l'ensemble de l'exercice des entrées de commandes à hauteur de 7,0 milliards de francs, contre 4,0-6,0 milliards jusqu'ici. La barre pour la marge Ebit en revanche a été ramenée à «au moins 5%», après «stable» (2021: 6,2%), et à l'horizon 2025 à 7-8%, contre 8-9% auparavant. Les ambitions annuelles en matière de revenus (3,7-4,0 milliards) et d'investissement (200 millions) ont quant à elles été confirmées.

Dans la foulée de ses résultats, Stadler a annoncé la nomination de son nouveau patron. Markus Bernsteiner succédera à Peter Spuhler à compter du 1er janvier 2023.

Publicité

(ATS)

Vous avez trouvé une erreur? Signalez-la