Réactions des directeurs de la Santé
Le Conseil fédéral prend des mesures «juste à temps»

Vu l'accélération de la pandémie, la Conférence suisse des directrices et directeur cantonaux de la santé estime que le Conseil fédéral prend des mesures «juste à temps». Il regrette en revanche qu'il n'ait pas opté pour des tests répétés dans les écoles.
Publié: 03.12.2021 à 15:04 heures


La situation au sein des unités de soins intensifs indique que l’élargissement des mesures de protection au niveau fédéral arrive juste à temps. Dans certains cantons, les unités de soins intensifs des hôpitaux n’ont plus que des capacités très restreintes.

Dans la mesure du possible, les cantons augmenteront leurs capacités en soins intensifs pour le traitement des patientes et patients Covid-19. Mais cette extension a ses limites.

Compte tenu de la situation tendue, il convient désormais de mener rapidement une discussion sur d’éventuelles démarches supplémentaires à l’échelon fédéral. Les cantons sont eux aussi appelés à renforcer leurs mesures si nécessaire.

Familles: le Conseil fédéral a suivi les cantons

Dans le cadre de la consultation, la plupart des propositions du Conseil fédéral – dont l’élargissement des obligations de porter le masque et de présenter un certificat – ont été saluées par une majorité des cantons. En recommandant d’appliquer le certificat aux rencontres privées en famille et entre amis, le Conseil fédéral donne suite aux réserves exprimées par plusieurs cantons face à une obligation à ce sujet.

Une majorité des cantons a refusé d’imposer des tests répétés aux écoles. Le Conseil fédéral renonce ainsi à une telle obligation. La CDS estime que les tests répétés représentent un moyen efficace d’interrompre rapidement les chaînes de transmission et de réduire le nombre de transmissions dans les familles.

Publicité

Selon le Conseil fédéral, l’article 1a, alinéa 2, de la loi Covid-19 ne permet plus d’imposer des restrictions de capacité au niveau national. On pourrait néanmoins argumenter que les conditions sont toujours remplies en raison des vaccinations de rappel en cours et de la situation à risque liée au variant Omicron.

La consultation a montré que, dans la majorité des cantons, toutes les personnes de moins de 65 ans ont elles aussi déjà accès à la vaccination de rappel à l’échéance du délai de 6 mois. Le canton du Jura a demandé l’aide de l’armée pour y procéder. La CDS estime que les conditions en vue d’une intervention de l’armée sont remplies.

(ATS)

Vous avez trouvé une erreur? Signalez-la