Prévention des accidents
Plus de quatre cyclistes sur dix toujours sans casque en Suisse

Plus de quatre cyclistes non motorisés sur dix ne portent toujours pas de casque, s'inquiète le Bureau suisse de prévention des accidents (BPA). Et pour les vélos électriques lents, un tiers roule sans cette précaution élémentaire, selon le dernier relevé 2022.
Publié: 28.09.2022 à 14:35 heures
|
Dernière mise à jour: 03.10.2022 à 11:18 heures
Pas moins de 44% des cyclistes sur un vélo «classique» circulent toujours sans casque, contre 43% en 2021.

Par rapport à 2021, les chiffres sont stables, relève mercredi le BPA. Pas moins de 44% des cyclistes sur un vélo «classique» circulent toujours sans casque, contre 43% en 2021.

En outre, «trop peu de vélos électriques circulent avec les feux allumés de jour», s'inquiète l'organisme de prévention. Ce dernier rappelle que l'an dernier, près de 1400 cyclistes, munis ou non d'un moteur électrique, ont été grièvement ou mortellement blessés dans des accidents de la circulation en Suisse.

Nombre d'accidents graves en augmentation

La tendance à long terme n'est pas réjouissante, alerte le BPA: le nombre d’accidents graves de vélos électriques est en constante augmentation et celui des vélos non motorisés stagne à un niveau élevé.

Le casque, rappelle le bureau de prévention, constitue une mesure simple pour réduire de moitié le nombre de blessures à la tête en cas d'accident. Or, beaucoup d'adeptes du deux-roues négligent de le mettre, en particulier quand ils vont faire leurs courses.

S'il ne l'est pas pour les vélos électriques «lents» (assistance au pédalage jusqu’à 25 km/h), le porte du casque est obligatoire sur les vélos électriques rapides (jusqu’à 45 km/h). Mais un cycliste sur dix dans cette dernière catégorie ne se protège toujours pas.

(ATS)

Publicité
Vous avez trouvé une erreur? Signalez-la