Peu de changements en 2023?
La majorité des parlementaires fédéraux souhaite rempiler

Alors que l'année électorale 2023 est sur le point de s'ouvrir, les élus fédéraux souhaitent rempiler. Ils sont moins nombreux à avoir annoncé leur retrait qu'il y a quatre ans. Pour l'heure, huit sénateurs et une vingtaine de conseillers nationaux sont partants.
Publié: 29.12.2022 à 11:26 heures
Olivier Français et Adèle Thorens Goumaz sont les seuls conseillers aux Etats romands à ne pas briguer un nouveau mandat (archives).

Au Conseil des Etats, seul le groupe du Centre – le plus grand de la chambre – n'annonce aucun départ parmi ses 14 sortants, selon une recherche de Keystone-ATS. Seul le Zougois Peter Hegglin n'a pas encore dévoilé ses intentions. Les autres groupes devront chercher des remplaçants. Comme en 2019, c'est le Parti socialiste qui enregistre le plus de départs.

Le PS comptait huit élus à la Chambre des cantons jusqu'au départ du St-Gallois Paul Rechsteiner à la fin de la session d'hiver. Il devra défendre son siège en mars lors d'une élection complémentaire. L'ancien maire de Bienne Hans Stöckli (BE) et Roberto Zanetti (SO) quitteront la chambre à la fin de la législature.

Le groupe socialiste pourrait également enregistrer un quatrième départ si Marina Carobbio Guscetti est élue au gouvernement tessinois en avril prochain. L'ancienne présidente du Conseil national avait ravi le siège du PDC Filippo Lombardi en 2019. L'UDC enregistre lui aussi un nombre important de départs proportionnellement à son nombre de sièges. Deux de ses six sénateurs ne se représentent pas: l'ancien président du Conseil des Etats Alex Kuprecht (SZ) et Hansjörg Knecht (AG), qui s'était emparé d'un siège socialiste il y a trois ans.

Au PLR, trois sénateurs sur douze s'en iront: le Vaudois Olivier Français, le Glaronais Thomas Hefti et le Zurichois Ruedi Noser. Le Nidwaldien Hans Wicki n'a pas encore dévoilé ses cartes. Le Neuchâtelois Philippe Bauer n'a pas non plus clairement annoncé ses intentions. Chez les Verts, enfin, la Vaudoise Adèle Thorens Goumaz est la seule des cinq élus à ne pas souhaiter se représenter. Le canton de Vaud est d'ailleurs le seul qui devra complètement renouveler sa représentation au Conseil des Etats.

Encore des incertitudes

Le renouvellement à la Chambre des cantons devrait ainsi être moins important qu'en 2019. Pas moins de 19 sortants sur 46 ne s'étaient pas représentés et trois autres n'avaient pas été réélus. Un renouvellement qui ne s'était encore jamais vu, avait alors souligné Hans Stöckli, élu président du Conseil des Etats en décembre 2019. La chambre était devenue plus verte, plus jeune et plus féminine.

La situation est encore moins claire au National où les partis n'ont pas encore dévoilé toutes leurs cartes. Pour l'heure, 21 départs ont été annoncés dans les partis gouvernementaux, mais aucun chez les Verts et les Vert'libéraux. Les deux formations écologistes avaient profité des vagues verte et féminine de 2019. Leurs représentants siègent donc depuis moins longtemps à Berne.

Publicité

Dans les cantons romands, aucun départ n'est actuellement annoncé parmi les conseillers nationaux neuchâtelois et valaisans.

Moins de retraits qu'en 2019

Premier groupe à la Chambre du peuple, avec 55 représentants, l'UDC enregistre le plus de départs. Huit de ses élus, dont deux Romands, ne se représenteront pas: Yves Nidegger (GE), Jean-Pierre Grin (VD), Walter Wobmann (SO) et Verena Herzog (TG).

Trois UDC bernois doivent aussi laisser la place en raison des règles internes de limitation des mandats (Andreas Aebi, Andrea Geissbühler, Erich von Siebenthal). Quant à Pirmin Schwander (SZ), il est candidat au Conseil des Etats.

Le PLR enregistre cinq départs parmi ses 29 députés: Jacques Bourgeois (FR), Christian Lüscher (GE), Christa Markwalder (BE), Kurt Fluri (SO) et Doris Fiala (ZH). Au PS, quatre femmes parmi les 39 sortants ne se représentent pas. Il s'agit de la Vaudoise Ada Marra et d'Yvonne Feri (AG), Prisca Birrer-Heimo (LU) et Edith Graf-Litscher (TG).

Publicité

Enfin, le Centre voit cinq de ses 31 conseillers nationaux partir. Jean-Paul Gschwind (JU), Martin Landolt (GL), Ida Glanzmann (LU) et Alois Gmür (SZ) se retirent à la fin de la législature, Ruth Humbel (AG) s'en va déjà la fin février. En 2019, 29 élus du Conseil national n'avaient pas brigué un nouveau mandat et 31 n'avaient pas été réélus.

(ATS)

Vous avez trouvé une erreur? Signalez-la