Les prix ont déjà augmenté
La Suisse est en pleine crise de la carotte!

Les Suisses aiment qu'un blason rouge à croix blanche orne les aliments qu'ils achètent. Mauvaise nouvelle: ils devront bientôt y renoncer pour les légumes.
Publié: 16.01.2022 à 14:10 heures
1/12
Les carottes aiment le beau temps et on ne leur en n'a pas beaucoup donné...
Fabio Giger

Un kilo de carottes suisses pour un franc! Si vous vous rendez dans certaines Migros ces jours-ci, vous pourriez penser que la Suisse doit se débarrasser de ses carottes. La réalité est toutefois bien différente de ce que laisse penser cette action. En fait, la Suisse est bientôt à court de légumes. Les stocks de carottes, d'oignons et de céleris-raves suisses sont 30% plus bas que la comparaison sur trois ans. Selon les chiffres de l'Union maraîchère suisse, il manque même plus de la moitié des betteraves rouges et des choux rouges par rapport aux années normales.

En avril, plus de carottes suisses

Pourquoi est-ce un problème, s'il y en a encore? Parce que ces stocks seront loin de suffire jusqu'à la prochaine récolte. «Mi-avril, nous n'aurons probablement plus de carottes suisses», pronostique Alexander Zogg, directeur de l'organisation de culture maraîchère Müller Azmoos, une entreprise qui distribue les légumes de 120 producteurs suisses.

Or les maraîchers ne pourront sortir de terre les premières carottes suisses de la nouvelle récolte que début juin. Pendant les semaines intermédiaires, la Suisse devra donc importer de nombreux légumes, probablement d'Italie ou d'Espagne. Ce genre d'importations n'est certes pas une première. La Suisse y procède presque chaque année, pendant deux à trois semaines, au mois de mai. Mais cette année, pendant un mois et demi, seules des carottes étrangères seront dans les assiettes suisses.

Et les carottes ne seront pas les seules aux abonnés absents. Les oignons viendront probablement à manquer encore plus tôt. Notre maraîcher s'attend à ce que les oignons suisses soient épuisés fin mars.

Le mauvais été nous rattrape

Pourquoi ces légumes suisses très appréciés sont-il si rares? «A cause de la météo du printemps et de l'été derniers», répond Alexander Zogg. Le printemps 2021 a été froid et humide. En juin, nous avons vécu plusieurs épisodes de grêle. Et en juillet, des centaines d'hectares de sol ont été inondés en raison de pluies incessantes.

«Les quantités de carottes récoltées ont donc été modestes tout au long de l'année», poursuit notre interlocuteur. Les carottes à maturité précoce n'ont que modérément poussé. Les variétés de garde n'ont pu être semées que très tard, en raison des sols humides. Les carottes ont donc pu pousser moins longtemps. CQFD.

Publicité

Au moins les prix sont corrects

La récolte d'oignons a été encore plus mauvaise. Dans certaines régions de Suisse, les agriculteurs ont annoncé des pertes totales. «Les oignons sont très sensibles à l'humidité et à la grêle», détaille Alexander Zogg. «En été, dans une grande partie de la Suisse, tout ce que l'oignon n'aime pas est malheureusement arrivé».

Sur le plan financier, de nombreux agriculteurs se sont retrouvés en difficultés. Les dégâts ont été immenses. Toujours est-il qu'avec la récolte qu'ils ont pu réaliser, les paysans ont obtenu des prix relativement bons: «Le niveau des prix était très bon ces derniers mois», analyse Alexander Zogg. Pour les carottes au moins, le marché a bien fonctionné avec l'offre et la demande. D'autant plus que les ventes dans le commerce de détail ont également augmenté de 5 à 15 pour cent, selon les experts de la branche.

Coop se montre sereine

Ce qui précède se vérifie dans les prix affichés par les supermarchés: selon les données de l'Office fédéral de l'agriculture, le prix au kilo des carottes dans les rayons des magasins en 2021 était jusqu'à 30 centimes plus élevé que les années précédentes. Une augmentation de prix d'environ 30%! Pour les oignons, on parle de 20 centimes de plus au kilo.

D'après Coop, une nouvelle hausse des prix des carottes et des oignons suisses n'est pas à l'ordre du jour. Des contingents d'importation ne le sont pas non plus.

Publicité

Migros défend l'action

Autre son de cloche du côté de Migros: le géant orange s'attend à ce que les oignons suisses ne soient disponibles que jusqu'en mars et les carottes suisses jusqu'en avril. Jusqu'à ce que de nouvelles marchandises indigènes puissent être récoltées, l'entreprise a recours aux importations.

Reste la question de l'action sur les carottes, malgré un stock de légumes vide. Pas un peu bizarre, comme pratique? Pas pour Migros. «Les actions font partie d'une offre attractive dans un supermarché». L'approvisionnement en vitamines est important pour la santé, surtout en hiver. De plus, l'action n'a aucune influence sur la disponibilité des carottes.

Après avoir été cassés, les prix vont-ils reprendre l'ascenseur? Migros ne donne aucune indication sur d'éventuelles augmentations.

(Adaptation: Michel Jeanneret)

Publicité
Vous avez trouvé une erreur? Signalez-la