Elisabeth Baume-Schneider à la Conférence nationale Santé2030
«La numérisation rend la santé plus participative, plus personnalisée, plus efficace et prévoyante»

La Suisse a un retard à rattraper en matière de numérisation de son système de santé. Fort de ce constat, 320 acteurs de ce secteur ont été conviés à participer mardi à Berne à la Conférence nationale Santé2030, avec la conseillère fédérale Elisabeth Baume-Schneider.
Publié: 20.02.2024 à 12:43 heures
La ministre de la Santé Elisabeth Baume-Schneider lors de la Conférence nationale Santé2030 mardi à Berne.

La Suisse a un retard à rattraper en matière de numérisation de son système de santé. Fort de ce constat, 320 acteurs de ce secteur ont été conviés à participer mardi à Berne à la Conférence nationale Santé2030, avec la conseillère fédérale Elisabeth Baume-Schneider.

«Connectés et unis»

La Suisse dispose d'«un très bon système de santé», estime l'Office fédéral de la santé publique (OFSP) dans un communiqué. Néanmoins, «les multiples systèmes et processus sont trop peu coordonnés, et les données ne peuvent pas toujours transiter sans problème d’un support à l’autre».

Elisabeth Baume-Schneider a souligné lors de son discours à la Conférence, sous le thème «connectés et unis», la nécessité d'une «transformation numérique» en vue notamment de meilleurs échanges entre tous les acteurs du système.

«La numérisation rend la santé plus participative, plus personnalisée, plus efficace et prévoyante. Elle peut améliorer beaucoup de choses», a dit la conseillère fédérale. Le programme Digisanté doit permettre d'améliorer la situation des patients et d'obtenir des données de qualité pour le diagnostic, le traitement, les soins, la facturation, le pilotage et la recherche, relève le communiqué.

Améliorer la sécurité des patients

Aujourd'hui, en raison de la coordination lacunaire, il arrive qu’une même indication doive être saisie plusieurs fois, que des tests et des analyses soient refaits et que les informations ne puissent être transmises. Le développement du «digital», estime Elisabeth Baume-Schneider, joue «un rôle clé dans l’amélioration de la sécurité des patients ou encore dans l’allègement de la charge de travail des professionnels de la santé».

L'enjeu est aussi international. Responsable du domaine Innovation à l’Observatoire européen des systèmes et des politiques de santé, Dimitra Panteli a donné un point de vue global et souligné l’importance, pour la Suisse, de tenir compte des standards internationaux.

Publicité

Adrien Bron, secrétaire général du département de la santé et des mobilités du canton de Genève, a décrit de son côté la façon dont cinq cantons romands ont réuni leurs forces dans une convention intercantonale pour promouvoir la numérisation du système de santé. Ils regroupent les coûts et les ressources, partagent leurs expériences et se positionnent comme des acteurs majeurs.

«Tout le monde en profite»

L'OFSP rappelle que le dossier électronique du patient (DEP) est déjà disponible. Il permet de stocker toutes les informations importantes sur la santé au même endroit et de les consulter simplement, en tout temps et de manière sécurisée. «Tout le monde en profite, qu’il s’agisse des patients, des proches ou des professionnels de la santé.» La stratégie Santé2030 de la Conflédération vise à promouvoir le dialogue entre les acteurs concernés, via notamment cette conférence organisée tous les deux ans.

(ATS)

Vous avez trouvé une erreur? Signalez-la