Début du procès de Gazprombank
Cette banque en Suisse aurait accepté l'argent de Vladimir Poutine

Le patron et trois employés de la banque russe Gazprombank en Suisse sont accusés d'avoir laissé passer un placement de fortune probablement en faveur du président russe Vladimir Poutine. Le procès débute ce mercredi matin à Zurich.
Publié: 08.03.2023 à 10:50 heures
En octobre dernier, Gazprombank Suisse a mis un terme à ses activités dans son siège zurichois.

Le procès du patron et de trois employés de la banque russe Gazprombank en Suisse s'est ouvert mercredi matin à Zurich. Ils sont accusés d'avoir fermé les yeux sur la fortune placée par un client, probablement en faveur du président russe Vladimir Poutine.

Le Ministère public reproche aux prévenus d'avoir entretenu de 2014 à 2016 une relation d'affaires avec le violoncelliste et chef d'orchestre russe Sergueï Roldouguine. Selon l'acte d'accusation, ils savaient, ou du moins auraient dû savoir, qu'il était impossible que ce client soit le véritable ayant droit économique de ces avoirs qui se chiffraient en millions.

Demande de classement rejetée

L'avocat des quatre accusés a demandé d'emblée le classement de la procédure, invoquant des reproches insuffisamment fondés et des faits prescrits. Le Tribunal de district de Zurich a rejeté la demande, estimant que les accusations présentent une base juridique suffisante.

Selon de nombreux médias, Sergueï Roldouguine est considéré comme un homme de confiance de Vladimir Poutine. Il serait même le parrain de la fille du président russe.

Sociétés offshore à Panama et Chypre

Toujours selon l'acte d'accusation, on sait depuis longtemps que Vladimir Poutine dispose d'une énorme fortune gérée par des personnes proches de lui. Officiellement, le président russe n'a que des revenus et une fortune relativement faibles. Gazprombank Suisse aurait dû, selon le Ministère public, examiner Sergueï Roldouguine de très près, ce qui n'a pas été fait.

Le violoncelliste et chef d'orchestre était enregistré à la banque en tant qu'ayant droit économique de comptes de deux sociétés ayant leur siège au Panama et à Chypre. Des millions auraient transité par ces comptes. En octobre dernier, Gazprombank Suisse a mis fin à ses activités.

Publicité

(ATS)

Vous avez trouvé une erreur? Signalez-la