Baisse du pouvoir d'achat
Travail.Suisse exige des augmentations de salaire allant jusqu'à 4,5%

Travail.Suisse demande des augmentations de salaire allant de 3,5 à 4,5% selon les branches, pour tous les travailleurs. La faitière syndicale justifie ses revendications en évoquant la baisse du pouvoir d'achat.
Publié: 17.08.2023 à 10:13 heures
«Des augmentations de salaire significatives sont nécessaires dans les professions artisanales, l'industrie MEM et le secteur de la santé», selon Johann Tscherrig (archives).

«Pour la troisième fois consécutive, les salaires réels baissent en Suisse», déclare la faitière syndicale Travail.Suisse jeudi dans un communiqué. Elle demande des augmentations de salaire allant de 3,5 à 4,5% selon les branches, pour tous les travailleurs. Selon elle, les entreprises disposent de la marge de manœuvre suffisante pour des augmentations. Leurs bénéfices, qu'elle juge «excessifs», dépassent même les chiffres d'avant la pandémie.

Des revalorisations salariales significatives sont particulièrement demandées pour les professions artisanales, l'industrie des machines, équipements électriques et métallurgie et le secteur de la santé, ajoute Johann Tscherrig, du syndicat Syna. Greta Gysin, présidente du syndicat du personnel transfair, mentionne que le service public nécessite une compensation du renchérissement, afin de pouvoir maintenir son pouvoir d'achat.

(ATS)

Vous avez trouvé une erreur? Signalez-la