Assemblée de parti
Les jeunes socialistes veulent renforcer l'AVS et abolir les 2 autres piliers

Lors de l'assemblée du parti, les jeunes socialistes ont plaidé pour accepter un 13 rente AVS mais voudrait utiliser les fond du 2e pillier pour financer une rente minimum pour toutes et tous.
Publié: 17.02.2024 à 15:48 heures
|
Dernière mise à jour: 17.02.2024 à 16:01 heures
Les jeunes socialistes ont clairement pris position en faveur d'une 13e rente AVS, à l'occasion de leur assemblée annuelle samedi à Berne-Bümpliz.

Réunie en assemblée annuelle ce week-end à Berne, la Jeunesse socialiste suisse a réitéré son soutien à la 13e rente AVS, en votation le 3 mars. Se penchant sur l'avenir du système de retraite, la JS propose de renforcer l'AVS en supprimant les deux autres piliers.

L’initiative pour une 13e rente AVS n’est guère qu’un traitement des conséquences plutôt que des causes et elle introduit de nouvelles inégalités, constate la JS. «Nous appelons toutefois à son adoption, car elle permet une amélioration des conditions de vie de nombreuses personnes», précise-t-elle.

Si, dans l'immédiat, les jeunes socialistes veulent «soulager les 15% de retraités qui, actuellement, vivent sous le seuil de pauvreté» en soutenant cette initiative «Mieux vivre à la retraite» lancée par l'Union syndicale suisse (USS), ils envisagent de complètement changer le système de retraite au-delà des votations du 3 mars. Ils veulent abolir les prévoyances professionnelle et privée, ne conservant qu'un pilier, l'AVS.

5000 francs par mois

L'assemblée a adopté une résolution dans ce sens, «en faveur de retraites populaires», écrit la JS samedi dans un communiqué. «Les 1000 milliards de francs, actuellement dans les caisses du 2e pilier, pourraient permettre de financer en partie une rente minimum de 5000 francs par mois pour toutes et tous», a expliqué Mélanie Rufi, vice-présidente de la JS, citée dans le communiqué du parti.

Pour compléter le financement, la JS réclame que le taux de cotisation soit progressif et que les revenus du capital soient également soumis aux cotisations. Un impôt sur les grandes fortunes devrait compléter le financement du pilier unique. Dans un délai de dix ans, les deuxième et troisième piliers devront être supprimés et leurs ressources réallouées au premier.

Cadeau aux nantis

La JS constate en effet que le système actuel laisse de côté les personnes avec un travail à temps partiel et des revenus très bas, c'est-à-dire avant tout les femmes. Celles-ci ont très peu voire pas d’épargne de côté dans leur deuxième pilier.

Publicité

Quant à la prévoyance privée, le 3e pilier, elle consiste en une épargne individuelle qui «est en fait un cadeau aux nantis et aux riches qui peuvent se permettre d'épargner des sommes importantes à des taux d'intérêt préférentiels en plus de l'AVS et des cotisations à la caisse de pensions». Actuellement, seulement environ 10% de la population suisse paient la cotisation maximale au troisième pilier, souligne la JS.

«L’actionnariat et les banquiers ne doivent plus s'enrichir avec nos rentes!», a déclaré Nicola Siegrist, président de la JS. Et d'ajouter que les 2e et 3e piliers renforcent les inégalités alors qu'une pension populaire garantit de bonnes pensions pour toutes et tous.

Justice, sécurité, Ukraine

Dans la foulée, les jeunes socialistes se sont aussi préoccupés des personnes à l'assurance invalidité ainsi que des veuves. Une autre résolution adoptée samedi s'engage pour un meilleur financement de l'AI et contre la réduction sans compensation des rentes de veuve.

Les jeunes socialistes poursuivent dimanche leur assemblée annuelle. Ils discuteront d'un papier de position sur la justice et la sécurité et devraient voter, parmi d'autres, une résolution sur la guerre en Ukraine, presque deux ans après son déclenchement par la Russie.

Publicité

(ATS)

Vous avez trouvé une erreur? Signalez-la