Anjan Truffer, chef du sauvetage de Zermatt
Si l'hélicoptère décollait, «on serait mort en deux minutes»

Anjan Truffer est chef du sauvetage pour Zermatt depuis 2015. Également guide de montagne, il explique pourquoi le secours de six randonneurs coincés à 3500 mètres était si compliqué.
Publié: 10.03.2024 à 20:14 heures
|
Dernière mise à jour: 11.03.2024 à 16:54 heures
Anjan Truffer, guide de montagne, chef du sauvetage de Zermatt: «C'est même trop dangereux pour les sauveteurs de monter à pied.»
Blick_Lucie_Fehlbaum2.png
Lucie FehlbaumJournaliste Blick

«Le problème de partir quand même alors que la tempête était annoncée, c'est que le sauvetage est très compliqué. On ne voit rien.» Anjan Truffer est chef du sauvetage de Zermatt. Guide de montagne chevronné, il connaît la région comme sa poche. Depuis samedi, il participe aux recherches pour retrouver le dernier randonneur porté disparu. Cinq d'entre eux ont été retrouvés morts dimanche soir.

Coincés entre Zermatt et Arolla depuis samedi, les randonneurs à ski ont été localisés dans le secteur du col de Tête Blanche, à 3500 mètres d'altitude. Ces cinq membres d'une même famille valaisanne, ainsi qu'une habitante de Fribourg, étaient âgés de 21 à 58 ans. 

«Les mauvaises conditions étaient connues»

Différents groupes de la police cantonale, les hélicoptères de l'armée, ainsi que l'organisation cantonale des secours ont tout tenté depuis samedi pour les ramener. Mais les conditions météo étaient épouvantables. 

Anjan Truffer a été le plus jeune guide de montagne des Alpes, avant de se former pour devenir spécialiste en sauvetage.

Le groupe est parti «alors que les mauvaises conditions étaient connues, souligne Anjan Truffer. Samedi durant la journée, elles étaient bonnes, mais nous savions qu'elles allaient se dégrader durant la nuit, et dimanche. Ils ont été pris dans la tempête.»

Si l'hélicoptère décollait, «on serait mort en deux minutes»

Le chef sauveteur a insisté sur la dangerosité de cette mission. «Il a énormément neigé, nous n'avons aucune visibilité. Les hélicoptères ne décollent pas dans ces conditions, sinon on serait mort en deux minutes. On ne voit rien», assène-t-il. Il ajoute: «C'est même trop dangereux pour les sauveteurs d'essayer de monter à pied.»

Anjan Truffer rappelle qu'en Suisse, partir hors saison n'est pas interdit. Mais la randonnée à ski se pratique plutôt au printemps. Actuellement, les cabanes sont fermées. Le parcours Zermatt-Arolla peut se fait en quatre jours avec des arrêts dans plusieurs refuges, dès le mois de juin.

Publicité

Le parcours «n'est pas très difficile, explique le guide de montagne. Mais il demande de très bonnes connaissances de la montagne, notamment pour aborder le passage sur le glacier.»

Vous avez trouvé une erreur? Signalez-la