«Une défaite emblématique» estime l'ex-président
Donald Trump s'en prend à la sélection américaine «woke»

«Beaucoup de nos joueuses étaient ouvertement hostiles aux Etats-Unis. Aucune autre sélection ne s'est comportée de la sorte. C'est l'échec de la pensée woke», a estimé Donald Trump après la défaite de la sélection américaine au Mondial féminin.
Publié: 07.08.2023 à 16:40 heures
Megan Rapinoe et ses équipières ont été critiquées par Donald Trump

L'ancien président américain Donald Trump s'en est pris à l'équipe féminine de son pays, éliminée aux tirs au but en 8e de finale du Mondial par la Suède. Il a évoqué «l'échec de la pensée woke».

En lice pour un retour à la Maison Blanche en 2024, Donald Trump a affirmé dimanche soir sur son propre site internet TruthSocial que cette défaite était «tout à fait emblématique de ce qui arrive à notre ancienne grande nation sous le mandat du corrompu Joe Biden».

Il tâcle l'ancienne Ballon d'Or

«Beaucoup de nos joueuses étaient ouvertement hostiles aux Etats-Unis. Aucune autre sélection ne s'est comportée de la sorte. C'est l'échec de la pensée woke», a-t-il estimé, avant d'ironiser sur le tir au but manqué par l'ancienne Ballon d'Or Megan Rapinoe, d'un «joli tir Megan».

Championne du monde en 2015 et 2019 avec les Etats-Unis, l'ailière de 38 ans a joué un rôle-clé dans le combat pour l'égalité des salaires entre les sélections féminine et masculine américaines. Elle est une fervente défenseure de l'égalité raciale, des droits des femmes et de la communauté LGBT+.

Une sélection souvent prise à partie par la droite américaine

La femme du président américain, Jill Biden, a de son côté rapidement félicité les Américaines pour leur parcours. «Aujourd'hui, vous nous avez inspirés par votre courage et votre détermination. Nous sommes fiers de vous», a-t-elle écrit sur Twitter, rebaptisé «X».

Malgré deux victoires lors des deux dernières Coupes du monde, l'équipe nationale féminine est régulièrement prise à partie par la droite américaine, notamment à cause de son engagement en faveur de la justice sociale. Beaucoup d'élus conservateurs avaient été particulièrement choqués par le fait que plusieurs joueuses de la sélection aient posé un genou à terre pendant l'hymne national ces dernières années pour protester contre les inégalités raciales.

Publicité

(ATS)

Vous avez trouvé une erreur? Signalez-la