«Tu es mon fils»
L'évêque victime d'une attaque dans une église de Sydney pardonne à l'agresseur

Un évêque de Sydney attaqué lundi soir par un jeune homme armé d'un couteau lors d'un sermon déclare, dans une vidéo publiée jeudi, qu'il pardonne à son agresseur. Le religieux, poignardé à la tête et à la poitrine, se remet «vite» de ses blessures.
Publié: 18.04.2024 à 09:02 heures
Un évêque de Sydney attaqué lundi soir par un jeune homme armé d'un couteau lors d'un sermon déclare, dans une vidéo publiée jeudi, qu'il pardonne à son agresseur.

L'évêque de Sydney, poignardé à la tête et à la poitrine lundi soir par un jeune homme lors d'un sermon déclare qu'il pardonne à son agresseur, dans une vidéo publiée jeudi: «Je pardonne à celui qui a commis cet acte et je lui dis: 'Tu es mon fils'», a dit l'évêque d'une église assyrienne, une branche des chrétiens d'Orient. «Je t'aime et je prierai toujours pour toi. Et celui qui t'a envoyé faire cela, je le lui pardonne aussi», a-t-il poursuivi.

L'évêque avait été agressé dans une église de la banlieue de Sydney par un jeune homme de 16 ans. Le religieux et plusieurs autres personnes ont été hospitalisés sans que leur vie soit en danger. L'assaillant a été arrêté.

«Je vais bien. Je me remets très vite», a indiqué l'évêque de l'église de Wakeley dans une vidéo sur YouTube, où l'on entend un enregistrement de sa voix accompagnée d'une photographie de lui en habits sacerdotaux. «Il n'y a pas lieu de s'inquiéter», a-t-il ajouté.

Un évêque connu pour ses prises de position

Le quartier de l'attaque est connu pour accueillir des membres de la petite communauté chrétienne assyrienne ayant fui les persécutions et la guerre en Irak et en Syrie.

Le religieux, dont les sermons retransmis sur Internet étaient très suivis, a acquis sa notoriété en critiquant notamment les vaccins contre le Covid-19 et les confinements pendant la pandémie. Il défend la primauté de sa foi sur d'autres religions, dont l'islam.

L'adolescent a été transféré dans un hôpital de Sydney après l'attaque, où il devrait rester plusieurs jours, selon les autorités. L'évêque a appelé au calme après des émeutes à l'extérieur de l'église lundi soir. Les heurts ont fait une trentaine de blessés, dont des policiers.

Publicité

Selon un médecin en contact avec la famille de l'assaillant, celle-ci est «en état de choc» et «incrédule face à l'acte horrible commis par leur fils». D'après la mère de l'accusé, son fils avait des problèmes de santé mentale, a ajouté le médecin.

(ATS)

Vous avez trouvé une erreur? Signalez-la