Toxicomane au moment des faits
Un procureur va inculper le fils de Biden pour détention d'arme

Le procureur spécial enquêtant sur Hunter Biden, le fils du président américain Joe Biden, va l'inculper pour détention illégale d'arme à feu, selon des documents judiciaires mercredi. Il a jusqu'au 29 septembre pour obtenir qu'un grand jury émette une inculpation.
Publié: 07.09.2023 à 06:23 heures
|
Dernière mise à jour: 07.09.2023 à 06:29 heures
Hunter Biden est accusé de fraude fiscale et d'avoir acquis une arme à feu alors qu'il était toxicomane (archives).

Le fils de Joe Biden, Hunter Biden, va être inculpé pour détention illégale d'arme à feu, selon des documents judiciaires publiés mercredi. Il a jusqu'au 29 septembre pour obtenir cette inculpation. L'accusation entend le faire «avant cette date», a précisé le procureur. Hunter Biden, 53 ans, est accusé de fraude fiscale et d'avoir acquis une arme à feu alors qu'il était toxicomane.

Le fils du président démocrate était parvenu en juin à un accord initial de plaider coupable avec le procureur dans le Delaware (est), Etat d'origine de la famille Biden, qui lui aurait probablement permis d'éviter la prison et un procès gênant. Mais en juillet, une juge a émis des doutes sur la validité de l'arrangement, qui a été annulé. Il a par la suite plaidé non coupable de fraude fiscale.

Talon d'Achille de Joe Biden

Le procureur spécial a indiqué en août avoir clos l'enquête pour fraude fiscale dans le Delaware, mais il a souligné qu'elle serait rouverte dans d'autres Etats. Hunter Biden, avocat et lobbyiste, est accusé de ne pas avoir rempli ses déclarations d'impôts en 2017 et 2018 sur des revenus d'un montant total de 1,5 million de dollars.

L'ex-président américain Donald Trump et de nombreux autres républicains en ont fait une de leurs cibles privilégiées, y voyant le talon d'Achille de Joe Biden.

Les parlementaires conservateurs lui reprochent notamment d'avoir fait des affaires douteuses en Ukraine et en Chine alors que Joe Biden était vice-président de Barack Obama (2009-2017), en capitalisant sur les réseaux et le nom de son père.

(ATS)

Publicité
Vous avez trouvé une erreur? Signalez-la