Sommet européen
Macron invite Orban à ne pas prendre l'UE «en otage» sur l'Ukraine

Ce vendredi, le président français Emmanuel Macron a invité le Premier ministre hongrois Viktor Orban à se «comporter en Européen» en ne bloquant pas les négociations d'adhésion de l'Ukraine à l'UE.
Publié: 15.12.2023 à 22:12 heures
1/2
Le président français Emmanuel Macron s'exprime lors d'une conférence de presse à Bruxelles le 15 décembre 2023.

Le président français Emmanuel Macron a appelé vendredi le Premier ministre hongrois Viktor Orban à se «comporter en Européen» et à ne pas prendre l'UE «en otage» sur l'Ukraine pour les décisions à venir.

«J'attends de Viktor Orban dans les prochains mois qu’étant respecté, ses intérêts légitimes étant pris en compte, il se comporte en Européen et ne prenne pas en otage nos avancées politiques», a-t-il dit à l'issue d'un sommet européen où Budapest a mis son veto à l'octroi de 50 milliards d'euros d'aide financière à l'Ukraine.

Viktor Orban «ne bloquera pas» les négociations

«La Hongrie a été respectée durant ce Conseil, elle a une voix portée par son Premier ministre, elle défend ses intérêts (...) Ce respect implique des responsabilités», a martelé le président français lors d'une conférence de presse.

Viktor Orban a assuré qu'il «ne bloquerait pas» le début formel des négociations d'adhésion de l'Ukraine à l'UE si Kiev remplit toutes les conditions posées par la Commission européenne, a souligné le président français.

«Si les sept règles sont remplies, alors il faudra pouvoir ouvrir les discussions», a insisté Emmanuel Macron.

Macron ne «crie pas victoire»

Le président français a relevé par ailleurs qu'il ne «criait pas victoire» après le sommet, même si le Premier ministre hongrois n'a pas opposé son veto à l'ouverture des négociations d'adhésion.

Publicité

«Politiquement on aurait pu avoir un non, on a eu un oui. A cet égard, le Premier ministre Orban a dit ce qu'il nous avait dit qu'il ferait», a-t-il noté.

«Très loin d'un élargissement» à l'Ukraine

Le président français a par ailleurs souligné que l'UE était encore «très loin d'un élargissement» à l'Ukraine et que cela supposerait une réforme de ses règles de fonctionnement.

«Nous sommes très loin d’un élargissement effectif à l'Ukraine», a-t-il dit, interrogé sur les inquiétudes des agriculteurs européens, en rappelant son attachement à la «souveraineté agricole européenne».

«Quelque élargissement que ce soit supposera une réforme en profondeur de nos règles», a-t-il ajouté.

Publicité

«Ca ne sera possible soit avec une augmentation massive des financements, soit avec un changement des règles et des mécanismes qui sont aujourd'hui les nôtres», a-t-il noté.

(AFP)

Vous avez trouvé une erreur? Signalez-la