«Rentrez chez vous!»
Les habitants de Tenerife en ont assez des touristes

Les vacances reprennent et les îles touristiques espagnoles attirent des dizaines de milliers de visiteurs. Mais les premiers touristes n'ont pas été aussi bien accueillis que les années passées. Les locaux en ont assez!
Publié: 04.04.2024 à 09:21 heures
1/4
Les habitants de Tenerife en ont assez des touristes bruyants et sales.
Natalie Zumkeller

Trop de bruit, une qualité de l'air qui ne cesse de se dégrader et des plages de plus en plus sales: les habitants de Tenerife en ont assez. Pas étonnant, donc, que lorsque les premiers touristes de la saison sont arrivés cette année sur l'île, l'enthousiasme était limité.

Les habitants de l'île des Canaries ont déclaré au journal britannique «Daily Mail»: «Assez, c'est assez.» Ils en ont «assez» des touristes, notamment britanniques, qui «boivent de la bière bon marché, se prélassent au soleil et mangent de la nourriture de mauvaise qualité». 

Ils veulent lutter contre le tourisme de masse en imposant une taxe touristique et des contrôles plus stricts. Les Espagnols agacés ont déjà souligné leur message avec des graffiti tels que «touristes rentrez chez vous» et «trop de guiris». Guiri est un mot d'argot espagnol qui décrit les touristes, en particulier ceux d'Europe du Nord et d'Amérique, de manière péjorative.

Les prix des loyers s'envolent

Pour lutter contre l'afflux de touristes, certains habitants de Santa Cruz, la capitale, organisent des manifestations pour demander des restrictions en matière de tourisme. Ce qui préoccupe le plus les protestataires: les prix de location et d'achat des appartements. Ceux-ci augmentent à une vitesse impressionnante, car de nombreux propriétaires rachètent des appartements en masse. Non seulement cela fait grimper les prix, mais l'offre diminue aussi massivement.

Ivan Cerdeña Molina, responsable de la protection de l'environnement, aide à l'organisation de ces protestations. Pour lui, c'est clair: «C'est une crise, nous devons changer quelque chose de toute urgence. Les gens vivent dans leurs voitures et même dans des grottes, et les locaux ne peuvent pas manger, boire ou vivre correctement.» Dans ce contexte, les gérants d'hôtels et d'appartements de vacances sont comme «un cancer qui ronge l'île petit à petit».

Pas d'Allemands ni de Britanniques

Pour Vicky Colomer, habitante de l'île, le problème est dans le type de touristes qui visitent son pays: «Nous avons besoin de touristes de meilleure qualité, qui veulent vraiment vivre notre culture et notre nourriture et respecter notre nature.» Pour elle, les Britanniques et les Allemands n'en font pas partie.

Publicité

Les expatriés britanniques se défendent avec véhémence contre ces accusations. Melissa Taylor travaille dans un pub sur l'île de vacances et souligne: «Le mouvement anti-tourisme a soudainement atteint son apogée ces derniers temps. Je pense que ce qu'ils disent est injuste, car sans tourisme, il n'y aurait rien ici.» Cependant, elle sait se montrer compréhensive: la situation du logement sur l'île s'envenime – que ce soit la faute des touristes ou du gouvernement, cela reste un sujet de discorde. 

Vous avez trouvé une erreur? Signalez-la