Qu'a-t-il vraiment obtenu?
Voici ce que Zelensky va ramener du sommet de l'OTAN à Vilnius

Pas d'adhésion, mais des promesses écrites et à long terme. Pourquoi les accès de colère de Volodymyr Zelensky sont problématiques, mais compréhensibles.
Publié: 12.07.2023 à 17:14 heures
1/5
La première réunion du nouveau conseil OTAN-Ukraine s'est tenue à Vilnius mercredi.
Chiara Schlenz

On connaît le proverbe «Ne mords pas la main qui te nourrit». C’est ce qu’avait commencé à faire mardi le président ukrainien Volodymyr Zelensky. Depuis, le climat s’est apaisé. Ce mercredi, l’intéressé a semblé avoir digéré la décision de l’OTAN de renvoyer à plus tard l’adhésion de son pays. Avec quoi va-t-il donc repartir à Kiev à l’issue du premier Conseil Ukraine-OTAN et de sa rencontre bilatérale avec Joe Biden? Explications.

150 milliards de dollars américains

Depuis le début de la guerre, l’OTAN aide ses Etats membres à armer l’Ukraine. Selon les données de l’Institut pour l’économie mondiale de Kiel – un groupe de réflexion allemand – les membres de l’OTAN ont fourni au total au moins 150 milliards de dollars américains d’aide financière, humanitaire et militaire au cours de la première année de guerre. Des sanctions massives ont en outre été imposées à l’économie et à l’Etat russes.

Chars, missiles, munitions

La majeure partie de l’aide militaire a été organisée au niveau bilatéral et non par le biais de l’OTAN, afin d’éviter d’alimenter un sentiment de «Russie contre l’OTAN». Néanmoins, les membres individuels de l’OTAN ont promis à l’Ukraine une aide militaire d’une valeur de près de 50 milliards de dollars – ou «plus de huit brigades de combat» – comprenant des systèmes de défense aérienne, de l’artillerie lourde, des chars de combat modernes et, désormais, la formation de pilotes d’avions de combat ukrainiens. La France a annoncé avoir déjà envoyé sur place des dizaines de missiles Scalp/Storm Shadow d’une portée de 300 kilomètres.

Adhésion accélérée en une étape

Les chefs d’État et de gouvernement de l’OTAN ont ouvert un peu plus la porte à l’Ukraine en lui proposant une voie accélérée vers l’adhésion. «Nous avons réaffirmé que l’Ukraine deviendrait membre de l’OTAN et nous avons convenu de lever l’exigence d’un plan d’action pour l’adhésion. Cela ferait passer le processus d’adhésion de l’Ukraine d’un processus en deux étapes à un processus en une seule étape», a déclaré le secrétaire général de l’OTAN Jens Stoltenberg.

Pour Zelensky, ce sera suffisant?

Non, car le président ukrainien espérait obtenir à Vilnius un calendrier. Au lieu de cela, une déclaration du G7, assortie d’un plan de soutien à long terme. Cet accord de sécurité comprend des équipements de défense, des formations et des échanges de renseignement. Il s’agit d’un «signal fort» au président russe Vladimir Poutine a indiqué le Premier ministre britannique Rishi Sunak. N’empêche: le texte indique aussi que Kiev doit, en dehors de la guerre, «mener à bien d’autres réformes concernant les normes démocratiques et le secteur de la sécurité».

Vous avez trouvé une erreur? Signalez-la