Décollage raté
Au Sénégal, la sortie de piste d'un Boeing fait 11 blessés

Un appareil de Air Sénégal est sorti de la piste alors qu'il entamait son décollage près de Dakar. Onze personnes ont été blessées dont quatre gravement.
Publié: 09.05.2024 à 14:28 heures
|
Dernière mise à jour: 09.05.2024 à 14:36 heures

Onze personnes ont été blessées jeudi, dont quatre grièvement, au décollage d'un Boeing affrété par la compagnie Air Sénégal, qui est sorti de la piste, entraînant une fermeture de l'aéroport international de Diass, près de Dakar, a annoncé son gestionnaire.

L'avion de type B737/300, affrété auprès d'une compagnie privée, Transair, en partance pour Bamako, «a fait une sortie de piste lors de sa phase de décollage ce jeudi 9 mai 2024 vers 01H00 du matin», a indiqué dans un communiqué le service de communication du groupe gestionnaire de l'aéroport.

Contenu tiers
Pour afficher les contenus de prestataires tiers (Twitter, Instagram), vous devez autoriser tous les cookies et le partage de données avec ces prestataires externes.

L'incident a fait «onze blessés, dont quatre graves» parmi les 78 passagers, indique le gestionnaire qui précise que l'aéroport est «pour le moment fermé en attendant que les dispositions prévues soient prises». Six autres passagers ont été admis en observation dans les services médicaux de l'aéroport, selon la même source.

«La réouverture de l'aéroport est annoncée dans les prochaines heures», a ajouté le groupe gestionnaire LAS, formé d'un trio comprenant le groupe turc Limak, l'Aéroport international Blaise Diagne de Diass (AIBD, public) et Summa, une autre société turque.

L'appareil «s'est immobilisé» hors de la piste explique LAS dans le communiqué. «Le plan d'urgence a été déclenché par les autorités aéroportuaires dès que l'information leur a été communiquée. Ainsi, tous les services d'urgence de l'aéroport ont été mobilisés pour l'évacuation des passagers et leur prise en charge tel que prévu».

Les raisons restent à déterminer

Le gestionnaire a en outre indiqué que «les circonstances exactes de l'incident restent à déterminer, mais une enquête est déjà en cours pour établir les causes de la sortie de piste». «Des spécialistes de l'aviation, ainsi que des représentants de la compagnie aérienne concernée (Air Sénégal), sont sur place pour examiner de près les données de vol et interroger les membres d'équipage» a-t-il ajouté.

Publicité

Cet incident survient alors que la compagnie Air Sénégal est, depuis plusieurs mois, visée par des critiques sur la qualité de son service. Des passagers s'offusquent régulièrement des retards accusés par les vols domestiques et internationaux de la compagnie contrôlée par l'État sénégalais et qui a débuté ses liaisons aériennes en mai 2018.

Période sombre pour Boeing

De son côté, Boeing traverse également une passe difficile après plusieurs incidents, dont deux cette semaine, et le lancement d'une enquête visant trois de ses modèles d'avions commerciaux par l'Agence américaine de régulation de l'aviation civile (FAA). Mardi, un 787-900 d'Air France qui assurait un vol Paris-Seattle a été dérouté vers un aéroport canadien à la suite de «l'apparition d'une odeur de chaud ressentie en cabine».

Puis, mercredi, un Boeing 767 cargo de la compagnie Fedex a effectué un atterrissage sur le fuselage, à l'aéroport d'Istanbul, son train d'atterrissage avant ne s'étant pas ouvert. L'incident, spectaculaire, n'a cependant fait aucune victime. Air Sénégal a été créée juste après la faillite en avril 2016 de Sénégal Airlines, qui avait elle-même remplacé, en 2009, Air Sénégal International, propriété des États sénégalais et marocain.

Le lancement de cette compagnie est l'un des trois volets d'un plan visant à faire de Dakar un «hub» aérien régional, avec l'aéroport international, inauguré en décembre 2017, et la réhabilitation des aéroports de province. L'aéroport Blaise Diagne, situé à une cinquantaine de kilomètres de Dakar, qui porte le nom du premier député africain élu au Parlement français (1872-1934), remplace l'aéroport international Léopold-Sédar-Senghor (AILSS), en proche banlieue de la capitale, reconverti en aéroport militaire.

Publicité

(AFP)

Vous avez trouvé une erreur? Signalez-la