Les mauvais traitements étaient courants
Une Ukrainienne retrouve la liberté après deux ans de captivité en Russie

Lors d'un échange de prisonniers la semaine dernière, Mariana Tchetcheliouk a été libérée après deux ans de captivité en Russie. Elle a été accueillie en larmes en Ukraine, son pays natal. Sa mère raconte le calvaire que la jeune femme a dû endurer.
Publié: 04.06.2024 à 06:58 heures
|
Dernière mise à jour: 04.06.2024 à 17:05 heures
1/4
Mariana Tchetcheliouk a passé deux ans en captivité en Russie.
RMS_Portrait_AUTOR_758.JPG
Natalie Zumkeller

Mariana Tchetcheliouk était en larmes lors qu'elle est rentrée en Ukraine vendredi dernier. L'enquêtrice de la police nationale ukrainienne, âgée de 24 ans, a été chaleureusement reçue, couverte de fleurs et enveloppée dans des drapeaux nationaux, alors qu'elle retournait dans son pays d'origine dans le cadre d'un échange de prisonniers.

Selon les informations d'«Ukrainska Pravda», Mariana Tchetcheliouk avait été capturée avec sa jeune sœur par des soldats russes en avril 2022. À l'époque, elles s'étaient cachées dans une aciérie de Marioupol pour échapper à un bombardement russe. Alors que sa sœur avait été sauvée peu de temps après, Mariana Tchetcheliouk avait été emmenée dans un camp de prisonniers de guerre, où elle avait été détenue depuis.

Des mauvais traitements courants

Pendant sa captivité, la jeune femme de 24 ans a contracté une bronchite. Elle a également été «affamée, battue et maltraitée», comme le raconte sa mère, Nataliia. «Elle a perdu beaucoup de poids, son système immunitaire s'est affaibli, ses cheveux sont tombés et elle a souffert d'anémie.»

La jeune femme a certes été autorisée à écrire des lettres à sa famille, mais selon sa mère, les réponses de la famille ne sont jamais parvenues jusqu'à Mariana. Elle n'était donc pas au courant du sort de sa petite sœur. 

«Ils ont essayé d'attirer ma fille du côté russe»

Pendant ses deux années de captivité en Russie, la jeune femme de 24 ans a été détenue à Olenivka, Taganrog et Marioupol. Lorsque les Russes ont appris qu'elle travaillait comme policière, des voix se seraient élevées pour la convaincre de faire défection. «Ils ont essayé d'attirer ma fille du côté russe, à la fois par la manière douce en lui promettant un salaire élevé, mais aussi par intimidation», explique la mère de la jeune femme. «Mais elle a refusé», conclut-elle. 

Vous avez trouvé une erreur? Signalez-la