Le torchon brûle entre les deux hommes
Voici comment Vladimir Poutine veut détrôner le chef de la milice Wagner

Après des mois d'ascension apparente, le chef du Kremlin semble finalement vouloir détrôner le chef du groupe de mercenaires Wagner, Evgueni Prigojine. Voici les raisons de cette potentielle mise à l'écart de l'oligarque.
Publié: 24.01.2023 à 11:36 heures
1/6
L'armée russe reprend du poil de la bête dans la guerre d'agression russe en Ukraine.
RMS_Portrait_AUTOR_250.JPG
Marian Nadler

Evgueni Prigojine, le chef de l'armée Wagner, devra-t-il enterrer ses rêves de pouvoir et d'influence en Russie? Selon l'Institute for the Study of War (ISW), le chef du Kremlin Vladimir Poutine voudrait écarter du pouvoir celui qui est à la tête du groupe Wagner, la troupe privée de mercenaires qui opèrent en Ukraine aux côtés de l'armée russe.

Rembobinons. Le 11 janver, le commandant de l'offensive russe en Ukraine Sergueï Sourovikine, dont Evgueni Prigojine a fait l'éloge à maintes reprises, est soudain rétrogradé. Il officie désormais au rang d'adjoint du nouveau chef militaire Valeri Guerassimov.

A peine quelques jours après cette annonce, le ministère de la Défense annonce de vastes réformes pour le développement et la restructuration des forces armées russes. Dans le cadre de ces changements structurels, Evgueni Prigojine apparaît à nouveau dans le viseur.

L'oligarque a en effet promis au Kremlin de conquérir Bakhmout pour la Russie. Mais cela pourrait devenir un problème. En effet, la ville ukrainienne entièrement détruite n'est toujours pas aux mains de la Russie. Après des mois de combats. A Moscou, on ne semble plus faire preuve de beaucoup de patience avec les troupes de Wagner. C'est maintenant à l'armée régulière d'intervenir dans le cadre de cette opération – l'armée privée est écartée.

Le ministère de la Défense ne mentionne Wagner qu'en marge

A cela s'ajoute le fait que les services secrets ukrainiens ont récemment fait état d'un accord entre Sergueï Sourovikine et Evgueni Prigojine. Cette entente aurait permis aux troupes Wagner d'obtenir des armes lourdes. Ce qui ne semble pas avoir été bien accueilli au Kremlin et par le ministre de la Défense Sergueï Choïgou.

Les mercenaires de Wagner continuent de contribuer à l'effort de guerre russe en Ukraine, mais leur importance ne fait que diminuer au fil des réformes. Cela transparaît très clairement du fait qu'après la conquête de la ville de Soledar, située non loin de Bakhmout, Vladimir Poutine n'a pas dit un seul mot sur les combattants de l'armée privée de Wagner.

Publicité

Ce n'est que sous la pression d'Evgueni Prigojine que le ministère de la Défense a mentionné les mercenaires dans un communiqué. Selon la présentation du groupe privé, la conquête de Soledar était en grande partie à mettre au compte des mercenaires. Le porte-parole du Kremlin Dmitri Peskov a ensuite indirectement accusé Evgueni Prigojine d'avoir publiquement attisé le conflit entre Wagner et le ministre russe de la Défense. Au Kremlin, on s'est manifestement lassé de la rhétorique «prétentieuse» de celui qui était connu comme le «cuisinier de Poutine».

Par le passé, Evgueni Prigojine avait toujours tenté de présenter les choses comme si l'armée russe était dépendante des forces de Wagner.

Mais selon l'ISW, les faits font état de tout autre chose: sans le soutien de l'armée russe en matière de logistique et d'armement, les mercenaires de l'armée privée n'auraient aucune chance. Les experts militaires dressent le portrait d'une troupe désorganisée. En outre, Evgueni Prigojine aurait de plus en plus de mal à recruter de nouveaux combattants - et ce, bien qu'il se serve déjà copieusement dans les prisons russes.

Contenu tiers
Pour afficher les contenus de prestataires tiers (Twitter, Instagram), vous devez autoriser tous les cookies et le partage de données avec ces prestataires externes.

Les espoirs d'Evgueni Prigojine envolés

Parallèlement, les services secrets ukrainiens et certains officiels du Kremlin font état d'une possible deuxième vague de mobilisation en Russie. A cela s'ajoute, selon l'ISW, que l'armée russe a travaillé ces dernières semaines sur son professionnalisme et à l'optimisation de son organisation.

Publicité

Si son manque aigu de bras devait être endigué à l'aide de nouvelles recrues, les troupes Wagner perdraient encore de leur importance. Ses mercenaires ont été engagés en Ukraine, car l'invasion s'est avérée beaucoup plus coûteuse pour l'armée russe que prévu. Le ministère britannique de la Défense estime ainsi que Wagner a déployé jusqu'à 50'000 combattants en Ukraine.

A quelle conclusion implacable de l'ISW mènent tous ces éléments? Les espoirs d'Evgueni Prigojine d'arracher au commandant Valeri Guerassimov et au ministre de la Défense Sergueï Choïgou la suprématie dans les affaires militaires russes vont rapidement s'envoler. L'ascension fulgurante de l'homme d'affaires a explosé en plein vol.

Evgueni Prigojine atteint les limites de son pouvoir

«La récente chute apparente d'Evgueni Prigojine dans la disgrâce et sa perte d'influence reflètent probablement les limites de son pouvoir», peut-on encore lire dans le briefing du groupe de réflexion américain. Aujourd'hui encore, la troupe de l'ancien compagnon de Vladimir Poutine n'est pas officiellement reconnue en Russie. Le code pénal russe interdit l'exploitation de formations de mercenaires.

Mais ces faits montrent aussi que cela bouillonne, au sein des forces armées russes en Ukraine. Le nouveau commandant Valeri Guerassimov est loin d'être apprécié par les hommes de Wagner. Le souci du détail du général de l'armée ne conviendrait pas au patron du groupe privé. Ses combattants ont insulté le chef militaire dans une vidéo à la fin de l'année dernière, rappelle le site d'information américain The Daily Beast.

Publicité

Mais Evgueni Prigojine ne s'avoue pas encore vaincu. Il a lancé une série de campagnes dans lesquelles il tente de se présenter comme un héros prêt à se sacrifier pour la Russie dans une croisade contre les autorités russes mesquines et corrompues. Selon un rapport du journal allemand «Bild», il souhaite mettre en scène son groupe Wagner comme une armée indépendante.

L'ISW part du principe qu'Evgueni Prigojine continuera à critiquer haut et fort, mais que ses dires perdront de leur poids du fait de la mise à l'écart par le Kremlin. La suite dépendra largement des succès de Valeri Guerassimov et de l'armée russe dans les mois à venir.

Vous avez trouvé une erreur? Signalez-la