Le juge menace de l'incarcérer
Donald Trump condamné à 9000 dollars d'amendes pour outrage au tribunal

Donald Trump écope d'une amende de 9000 dollars pour avoir bravé la permission de parler, notamment aux témoins et jurés. Le juge menace même d'incarcérer l'ancien président. Aucunes autres violations ne seraient permises.
Publié: 30.04.2024 à 16:29 heures
|
Dernière mise à jour: 30.04.2024 à 16:31 heures
Le juge Juan Merchan a condamné Donald Trump à 9000 dollars d'amende pour avoir violé la permission de parler lors de son procès.

Le juge qui préside les débats au procès de Donald Trump à New York a condamné mardi l'ex-président américain à 9000 dollars d'amendes pour outrage au tribunal et l'a menacé d'une «incarcération» pour avoir violé son interdiction de s'en prendre aux témoins et jurés. Donald Trump «est prévenu que la Cour ne tolérera pas la poursuite de violations délibérées de ses ordres et que, si cela est nécessaire et approprié, elle imposera une peine d'emprisonnement», peut-on lire dans la décision écrite du juge Juan Merchan.

Le juge a rendu sa décision devant Donald Trump à l'ouverture de l'audience mardi matin, alors que le procès entre dans sa troisième semaine. Il a condamné Donald Trump à 1000 dollars d'amende par violation – neuf au total –, soit le maximum permis par la loi.

Interdiction de s'en prendre aux témoins et jurés

L'ancien président des Etats-Unis est poursuivi pour 34 falsifications de documents comptables qui auraient servi à dissimuler un paiement pour étouffer un potentiel scandale sexuel dans la dernière ligne droite de la campagne présidentielle de 2016. Les 130'000 dollars avaient été versés à l'ancienne star de films X Stormy Daniels, pour acheter son silence sur une relation sexuelle qu'elle affirmait avoir eue avec lui en 2006, alors qu'il était déjà marié à son épouse Melania. Une relation qu'il dément.

Avant l'ouverture des débats, le juge avait interdit à Donald Trump de s'en prendre publiquement aux témoins et aux jurés, ce qu'il fait régulièrement sur son réseau social Truth Social, pour éviter le risque d'intimidations.

«Menteur en série»

Dès le premier jour du procès, le 15 avril, le parquet avait demandé au juge de sanctionner Donald Trump, notamment pour des invectives virulentes à l'égard de Stormy Daniels et de son ancien avocat Michael Cohen, devenu son ennemi juré et un témoin clé de l'accusation. Le parquet était revenu à la charge trois jours plus tard, avec sept nouvelles publications sur Truth Social ou son site de campagne.

Le candidat républicain s'en est pris encore à Michael Cohen, qualifié de «menteur en série». Mais il a aussi repris à son compte les propos de Jesse Watters, un animateur en vue de la chaîne préférée des conservateurs Fox News, assurant sans preuve qu'«ils sont en train de choisir des militants progressistes infiltrés qui mentent au juge pour faire partie du jury».

Publicité

Le lendemain de cette publication, une jurée avait jeté l'éponge, disant craindre d'être reconnue.

(AFP)

Vous avez trouvé une erreur? Signalez-la