Le journal s'oriente vers l'IA
La rédactrice en chef du «Washington Post» démissionne

La rédactrice en chef du «Washington Post», Sally Buzbee, a démissionné, a indiqué dimanche soir le patron du prestigieux quotidien américain.
Publié: 03.06.2024 à 07:34 heures
Sally Buzbee, rédactrice en chef du «Washington Post», a démissionné, a indiqué dimanche soir le patron du prestigieux quotidien américain.

La rédactrice en chef du «Washington Post», Sally Buzbee, a démissionné, a indiqué dimanche soir le patron du prestigieux quotidien américain.

Sally Buzbee, journaliste chevronnée de l'agence américaine Associated Press, était devenue en 2021 la première femme à occuper ce poste depuis la création du titre en 1877.

Matt Murray, ancien rédacteur en chef du Wall Street Journal et ex-PDG de Dow Jones, prend sa suite jusqu'à l'élection présidentielle américaine de novembre, a indiqué le président-directeur général du Post, William Lewis. Aucune raison n'a été communiquée pour expliquer le départ de Sally Buzbee.

Le journal plonge tête baissée dans l'IA

Dans un email au personnel, William Lewis a aussi annoncé souhaiter le lancement cette année d'«une nouvelle division» distincte de la rédaction historique et consacrée au «journalisme de service et (au journalisme) sur les réseaux sociaux» qui recourra à l'intelligence artificielle (IA).

Matt Murray sera responsable de cette nouvelle entité à l'issue de l'élection, selon Le journal s'oriente vers l'IA Lewis, tandis que «les domaines du coeur de la couverture» comme la politique, l'économie et les articles de fond seront chapeautés par Robert Winnett, qui a fait carrière au sein du Telegraph Media Group, propriétaire de l'influent quotidien conservateur britannique The Telegraph.

Ce remaniement à la tête du journal de la capitale fédérale constitue «la mesure la plus importante» de William Lewis depuis sa prise de fonction en tant que PDG en janvier, selon le Washington Post.

Publicité

William Lewis a récemment reconnu que le quotidien avait enregistré en 2023 de lourdes pertes à hauteur de quelque 77 millions de dollars. Afin de réduire les coûts, un plan de départs volontaires a été proposé à des centaines de salariés fin 2023. Selon le Washington Post, William Lewis a engagé ces derniers mois plusieurs de ses anciens collègues de Dow Jones à des postes clés.

L'actionnaire majoritaire de Dow Jones et du Wall Street Journal est le magnat des médias Rupert Murdoch, dont la famille contrôle Fox Corporation, maison-mère de la chaîne préférée des conservateurs américains Fox News.

Vous avez trouvé une erreur? Signalez-la