La Grèce sous le choc
Accusé après l'accident ferroviaire, le chef de gare devant la justice

Un chef de gare accusé d'être à l'origine d'une catastrophe ferroviaire qui a fait 42 morts, selon un nouveau bilan, témoigne jeudi devant la justice à Larissa, ville de Grèce centrale la plus proche de l'accident.
Publié: 02.03.2023 à 10:05 heures
|
Dernière mise à jour: 02.03.2023 à 11:08 heures
Le chef de gare est accusé d'être à l'origine de la catastrophe ferroviaire qui a fait 42 morts en Grèce.

En Grèce, un chef de gare, âgé de 59 ans, a été arrêté mercredi et poursuivi pour «homicides par négligence» et pour avoir provoqué des «blessures corporelles». Il doit expliquer comment un train transportant 342 passagers et dix employés des chemins de fer, reliant Athènes à Thessalonique, dans le nord du pays, a pu être autorisé à emprunter la même voie qu'un convoi de marchandises.

Les opérations de recherche se poursuivent

Les deux trains se sont heurtés frontalement mardi soir, alors qu'ils se trouvaient sur la même voie depuis plusieurs kilomètres. L'accident a fait 42 morts, selon une porte-parole des pompiers à l'AFP jeudi et les opérations de recherche, avec 72 pompiers déployés, se sont poursuivies toute la nuit.

«Nous avons continué (cette nuit), car le temps joue contre nous. Plus les heures passent, moins les chances (de retrouver des survivants) sont importantes», a-t-elle affirmé. Sous la violence du choc survenu peu avant minuit (22H00 GMT), dans la nuit de mardi à mercredi dans la vallée de Tempé, les locomotives et les wagons de tête ont été pulvérisés et les conducteurs des deux trains tués sur le coup.

«Tout montre que le drame est dû, malheureusement, principalement à une tragique erreur humaine», a dit mercredi soir le Premier ministre grec Kyriakos Mitsotakis, alors que la polémique enfle dans le pays sur l'état du réseau, que beaucoup jugent vétuste.

Manifestations

Racontant avoir rencontré des proches de victimes lors d'une visite sur les lieux puis à l'hôpital de Larissa, le politicien a indiqué: «Ils m'ont demandé «pourquoi?».» «Nous leur devons une réponse honnête», a-t-il ajouté lors d'une brève intervention télévisée enregistrée. Il a décrété un deuil national de trois jours.

Contacté par l'AFP, le groupe public italien Ferrovie dello Stato (FS), qui contrôle la société des chemins de fer Hellenic Train, privatisée en 2017, n'a pas fait de commentaires dans l'immédiat.

Publicité

Des habitants ont manifesté à Larissa portant des banderoles! «La privatisation tue.» «C'était le train de la terreur», a déclaré aux journalistes Pavlos Aslanidis, dont le fils est porté disparu ainsi qu'un de ses amis. Le président du syndicat des conducteurs de train OSE, Kostas Genidounias, a dénoncé le manque de sécurité, selon lui, sur cette ligne qui relie les deux principales villes de Grèce.

Vétusté des systèmes de sécurité

«Toute (la signalisation) est faite manuellement. C'est depuis l'an 2000 que les systèmes ne fonctionnent pas», s'est-il emporté sur la chaîne de télévision ERT. Auparavant, il avait également assuré à l'AFP qu'"aucun système de sécurité, télécommande et feu de circulation ne fonctionnait».

«C'était un train plein d'étudiants, des jeunes d'une vingtaine d'années», a déclaré à la presse Costas Bargiotas, un médecin de l'hôpital de Larissa. «C'est vraiment choquant de voir les wagons froissés comme du papier.» «C'est un cauchemar ce que j'ai vécu (...) Je tremble encore», a témoigné à l'AFP un passager, Angelos, 22 ans, sur les lieux de l'accident.

«Je n'ai jamais rien vu de tel»

«Nous avons ressenti la collision comme un grand tremblement de terre», a-t-il ajouté. «Heureusement, nous étions dans l'avant-dernière voiture et nous en sommes sortis vivants». Quelque 500 personnes participaient aux secours, a précisé le porte-parole du gouvernement. De nombreux corps étaient carbonisés et certains passagers ne pourront être identifiés que grâce à des échantillons d'ADN.

Publicité

À Larissa, où des blessés ont été transportés, le maire, Apostolos Kalogiannis a parlé de «flots d'ambulances amenant des brûlés, des amputés, tout ce qu'on peut imaginer».«Je n'ai jamais rien vu de tel», a dit l'un des membres des équipes de secours travaillant parmi les débris.

À Larissa, les habitants ont veillé en silence avant de poser des roses blanches à la mémoire des victimes. Le ministre grec des Transports, Kostas Karamanlis, a présenté sa démission. S'il est reconnu coupable, le chef de gare risque, lui, la prison à vie.

(ATS)

Vous avez trouvé une erreur? Signalez-la