«J'ai commencé à le démembrer par la main»
L'influenceur rejoue le meurtre sordide de son amant pour la police thaïlandaise

Le sordide meurtre continue de faire les gros titres en Thaïlande. L'influenceur espagnol qui avait tué et démembré son amant colombien, avant de jeter les morceaux de son corps à la mer, doit rejouer son crime pour la police thaïlandaise.
Publié: 08.09.2023 à 22:00 heures
1/6
Après ce meurtre atroce, l'influenceur espagnol a dû montrer à la police comment il avait tué son amant.
Sandra Gerber

«Je l’ai mis dans la douche et j’ai commencé à le démembrer par la main», a confié l’Espagnol Daniel B.*, 29 ans, aux enquêteurs thaïlandais qui tentent de faire la lumière sur le sordide meurtre du chirurgien esthétique colombien Edwin A.*. Des vidéos montrant la reconstitution du crime ont été diffusées lundi à la télévision espagnole. On y voit Daniel B. marchant avec les agents le long de la mer, où l’influenceur se serait débarrassé des morceaux du corps de sa victime, emballés dans des sacs en plastique.

Une dispute aurait précédé le crime. «Je lui ai dit que je n’en pouvais plus. Je me suis levé, il a reculé et j’ai commencé à parler et à gesticuler. Finalement, j’ai reculé et je l’ai frappé», a raconté le jeune homme de 29 ans, cité dans le journal espagnol «El Mundo». Selon l’enquête, il venait de mettre fin à sa relation avec Edwin A.*.

«Il était couvert de sang»

Une scène atroce se serait alors déroulée dans la salle de bain. «Je l’avais appuyé contre les toilettes, mais il m’a attrapé et m’a mordu. Je l’ai soulevé et l’ai frappé à nouveau. Il a alors perdu connaissance et était couvert de sang. Je suis sorti des toilettes», a détaillé l’accusé.

Daniel B. aurait ensuite transporté son amant, décédé dans l’intervalle, dans la douche et aurait commencé à le démembrer. Pour éviter que le sang ne coagule, il aurait, selon ses propres dires, fait couler de l’eau à température élevée.

Selon la police, l’acte était prémédité. Des vidéos de caméras de surveillance montreraient l’auteur se rendant dans un magasin de bricolage pour acheter les outils nécessaires.

La famille de la victime s’oppose à la peine de mort

Daniel B. nie avoir eu une relation avec Edwin A. Les médias thaïlandais ont une autre hypothèse: selon eux, l’influenceur aurait tenté sans succès de mettre fin à sa relation avec le chirurgien. Ce dernier aurait alors menacé son amant de publier des photos intimes, ce qui aurait pu nuire à la réputation de sa célèbre famille. Le père de l’accusé est la star de la télévision espagnole Rodolfo S.*, sa mère l’actrice Silvia B.*

Publicité

Daniel B. reconnaît en partie les faits. «Oui, je suis coupable, mais j’étais l’otage d’Edwin. Il me retenait prisonnier», a déclaré le jeune homme de 29 ans, cité par l’agence de presse EFE.

L’enquête de la police thaïlandaise se poursuit. Toutes les parties du corps n’ont pas encore été retrouvées. Si l’Espagnol est condamné, il risque la peine de mort. Mais ce n’est pas ce que veut la famille de la victime, qui préférerait une longue peine de prison en Thaïlande. «La famille est très religieuse, elle croit beaucoup en la volonté de Dieu, explique leur avocat. Nous ne voulons en aucun cas qu’il soit condamné à la peine de mort.»

*Noms d’emprunt

Vous avez trouvé une erreur? Signalez-la