Cet Ukrainien a perdu 40 kilos en quatre mois
«Les Russes nous ont traités comme des animaux en prison»

L'Ukrainien Mykhailo Dianov a passé quatre mois dans une prison russe. Après sa libération, il témoigne désormais sur les conditions de détention brutales qu'il a vécues avec ses codétenus.
Publié: 04.10.2022 à 06:08 heures
|
Dernière mise à jour: 04.10.2022 à 08:55 heures
1/5
L'Ukrainien Mykhailo Dianov à sa sortie de prison. Il a perdu 40 kilos en quatre mois.
Nicola Abt

Quatre mois. C’est le temps que l’Ukrainien Mykhailo Dianov a passé dans une prison russe. Dans un entretien accordé à Sky News, l’ex-prisonnier raconte ces quatre mois passés derrière les barreaux, à lutter pour sa survie.

«C’était impossible de manger. On nous donnait 30 secondes pour chaque repas, puis nous devions nous lever immédiatement et courir», raconte le combattant des bords de la mer d’Azov. Le prisonnier de guerre a perdu 40 kilos dans la prison d’Olenivka, à Donetsk, contrôlée par la Russie.

Le pain était volontairement dur. «Les gars qui avaient les dents cassées n’arrivaient pas à manger dans les temps. Après un mois de famine, quand vous fermez les yeux, vous oubliez votre famille, votre pays, tout. La seule chose à laquelle vous réussissez à penser, c’est la nourriture», détaille l’ancien membre de la marine ukrainienne.

«Tout le monde est traumatisé»

Le soldat ukrainien détaille encore le quotidien passé dans la prison contrôlée par les Russes. Les détenus pouvaient être envoyés à l’isolement rien que pour avoir ramassé une baie sur le sol pour la manger. «Nous avons été frappés avec des bâtons, avons reçu des décharges électriques… Ils nous ont même mis des aiguilles sous les ongles», énumère le quadragénaire au média britannique.

Mykhailo Dianov assure encore que jusqu’à 800 personnes étaient détenues dans des cellules pouvant en accueillir au maximum 150. Les conditions étaient si désastreuses que les muscles des jambes de l’Ukrainien se sont atrophiés. Marcher est aujourd’hui un défi pour lui. «Ils nous ont traités comme des animaux», résume dans un souffle le militaire.

Avant d’être fait prisonnier, l’Ukrainien souffrait déjà d’une blessure au bras, comme en atteste une photo prise de lui. En prison, les Russes l’ont opéré «sans ménagement, avec une pince et sans anesthésie». L’homme de 42 ans doit maintenant reprendre 20 kilos avant d’espérer recevoir une opération corrective.

Publicité

Ce qui est sûr, c’est que la torture subie par Mykhailo Dianov n’a pas laissé que des traces physiques: «Tout le monde est traumatisé. Je me considère comme une personne forte mentalement, mais pour moi, beaucoup de choses ont perdu leur valeur.»

215 soldats libérés

Après quatre mois, la délivrance a fini par arriver pour l’Ukrainien. «Nous nous sommes déshabillés et avons retiré nos bandages médicaux, raconte-t-il. Ensuite, nous avons dû rester assis par terre pendant cinq heures. Nus.» Personne ne savait alors ce qui se passait. Quelque temps plus tard, on leur aurait bandé les yeux avec du ruban adhésif avant de leur faire entamer un voyage de 36 heures en bus et en avion. Lorsqu’on lui a retiré le ruban, Mykhailo Dianov a pu constater qu’il était de retour en Ukraine.

Il doit sa libération à des accords entre l’Ukraine et la Russie réglant des échanges de prisonniers. Au total, 215 personnes ont pu quitter leur geôle.

Vous avez trouvé une erreur? Signalez-la