Amputé des membre inférieurs
L'homme aux jambes broyées par une moissonneuse-batteuse sort du silence

Un terrible accident, une énorme solidarité. Après l'accident de moissonneuse-batteuse en Allemagne, des milliers de personnes ont fait des dons pour l'agriculteur accidenté. Il donne désormais de ses nouvelles pour la première fois après le terrible événement.
Publié: 09.09.2023 à 21:11 heures
1/7
Le 19 août dernier, un grave accident s'est produit dans un champ du district de Rostock, en Allemagne.

Le récit détaillé de l'accident de Rostock en Allemagne, qui a valu à un agriculteur une amputation des deux jambes – après qu'il est passé sous une moissonneuse-batteuse –, glace les os.

Le 19 août dernier, un jeune homme âgé de 25 ans s'apprête à vider sa machine lorsqu'il s'aperçoit qu'un mécanisme est bouché par du grain. Il décide alors de grimper sur son engin mais glisse accidentellement, jambes les premières, dans les vis d’alimentation – un mécanisme situé à l'avant du véhicule.

L'agriculteur hurle de douleur, ses jambes finissent broyées. Les secouristes arrivent rapidement sur les lieux de l'accident, mais ne parviennent pas dégager le jeune homme.

Seule solution pour lui sauver la vie: l'amputer des deux jambes. Une équipe chirurgicale de la clinique universitaire de Rostock arrive par avion et installe une «salle d'opération» mobile. L'opération réussit, les deux jambes sont sectionnées et l'homme est transporté par avion à l'hôpital.

180'000 euros récoltés en ligne

La victime s'exprime aujourd'hui pour la première fois, rapporte «Bild». Pourquoi maintenant? Parce que le jeune homme a confié avoir récolté plus de 180'000 euros en ligne pour l'aider dans sa convalescence.

Et il tenait à remercier ses 4500 généreux donateurs. «Depuis mon grave accident, je suis sur la voie de la guérison et je voudrais maintenant vous remercier du fond du cœur pour votre soutien totalement fou!»

Publicité

Bien que dépourvu de ses membres inférieurs, le jeune homme ne laisse pas abattre: «En ce moment, je travaille à retrouver mon ancienne vie. Tout ça se fait petit à petit.»

La collecte de fonds a été lancée par le beau-frère de la victime.

Vous avez trouvé une erreur? Signalez-la