28 villes passées au crible
Lausanne a l'empreinte carbone la plus basse d'Europe

Après avoir étudié 28 villes européennes, une récente analyse a révélé que la Capitale olympique avait la plus faible empreinte carbone. Mais ce n'est pas tout: une autre ville suisse s'illustre particulièrement pour son mode de vie durable.
Publié: 01.09.2022 à 16:01 heures
Lausanne détient une empreinte carbone de 2,2 tones.
3 - Valentina San Martin - Journaliste Blick.jpeg
Valentina San MartinJournaliste Blick

Oyez, oyez amis et amies de la Capitale olympique, réjouissez-vous! Lausanne est la ville avec l’empreinte carbone la plus faible d’un panel de 28 grandes villes européennes. Elle devance des métropoles comme Berlin, Stockholm ou Londres pour ne citer que quelques-unes d’entre elles. Du moins, telle est la conclusion d’une étude publiée par Bounce, une société spécialisée dans la bagagerie et les voyages.

D’après ses résultats, le chef-lieu vaudois a une empreinte carbone – un indicateur qui vise à estimer les gaz à effet de serre produits par les activités humaines – de seulement 2,2 tonnes de CO2. À titre de comparaison, Berlin détient une empreinte de 33,5 tonnes.

La plateforme note également que selon le WWF, Lausanne est la ville suisse la plus respectueuse de l’environnement, grâce à ses initiatives de plantation d’arbres et à son objectif de zéro émission de CO2 d’ici 2030.

Une autre ville suisse ecofriendly

En plus de l’empreinte carbone, Bounce a analysé plusieurs autres facteurs comme l’utilisation des transports publics, la qualité de l’air, la consommation d’énergie renouvelable, la pollution lumineuse, le nombre d’étoiles vertes accordées par le guide Michelin ou encore le pourcentage d’hôtels listés sur Booking estampillés «Voyage Durable» (Travel Sustainable properties en anglais). Le but: établir un inventaire des villes européennes les plus respectueuses de l’environnement. En prenant en compte tous ces critères, Lausanne arrive à la douzième place.

En examinant les données de chaque ville, il s’avère qu’une autre cité suisse s’illustre particulièrement: Zurich. La métropole qui finit troisième se distingue par une faible pollution lumineuse qui se chiffre à seulement 114 microcandela par mètre carré (μcd/m2, une mesure de l'intensité lumineuse) là où les autres villes oscillent entre 3000 et 11’000 μcd/m2 environ.

Zurich fait également partie des trois villes qui détiennent le plus d’étoiles vertes au guide Michelin, une récompense remise aux établissements hôteliers qui se caractérisent par une démarche respectueuse de l’environnement.

Publicité

Et la grande gagnante est…

Malgré son empreinte carbone importante, la ville qui rafle la première place n’est autre que Berlin, toutes catégories confondues. Il se trouve que la capitale allemande a obtenu la meilleure note en ce qui concerne l’utilisation des transports écolos comme le métro, le tram, le vélo ou simplement la marche à pied. Sans oublier que la ville obtient le deuxième meilleur score pour ses performances en matière d’énergie verte.

Bien que deux villes suisses soient présentes dans ce classement, il convient de préciser qu’il ne s’agit pas de mesures scientifiques rigoureuses, mais du résultat d’un vaste calcul effectué à partir de critères interchangeables. Autrement dit, une étude menée avec d’autres données ou critères aurait très bien pu arriver à un tout autre classement.


Vous avez trouvé une erreur? Signalez-la