Novak Djokovic s'exprime enfin
«Plutôt manquer Roland-Garros et Wimbledon que me faire vacciner!»

Dans un entretien exclusif avec la BBC, le Serbe revient sur ses mésaventures australiennes. Il explique également ne pas être anti-vax, mais vouloir que chacun ait le choix.
Publié: 15.02.2022 à 07:53 heures
|
Dernière mise à jour: 15.02.2022 à 16:12 heures
Reverra-t-on Novak Djokovic sur un court prochainement?
Blick_Matthias_Davet.png
Matthias DavetJournaliste Blick

Le monde entier attendait la prise de parole de Novak Djokovic. Pour la première fois depuis son renvoi d’Australie, «Nole» s’est exprimé sur cet épisode. Dans un entretien à la BBC, le numéro 1 mondial explique qu’il avait reçu une exemption médicale pour se rendre à l’Open d’Australie, quelques semaines après avoir été infecté au Covid. Toutefois, le ministre de l’Immigration australien a lui-même annulé le visa et renvoyé Novak Djokovic en Serbie.

«J’étais vraiment triste et déçu de la façon dont tout s’est terminé pour moi en Australie», raconte le Serbe.

Dans cette interview au média anglais, «Nole» est clair: «Je n’ai jamais été contre la vaccination, mais j’ai toujours soutenu la liberté de choisir ce que tu mettais dans ton corps.» Le Serbe précise également qu’il a reçu des vaccins lorsqu’il était jeune.

Mais Novak Djokovic est-il prêt à renoncer à Roland-Garros ou Wimbledon si le vaccin est également obligatoire lors de ces tournois? «Oui, c’est le prix que je suis prêt à payer», répond-il. Égaler Rafael Nadal comme le joueur avec le plus grand nombre de Grand Chelem n’est pas la priorité du Serbe. «Les décisions concernant mon corps sont plus importantes que n’importe quel titre ou quoi que ce soit d’autre. J’essaie d’être en accord avec lui le plus possible», souligne-t-il.

Un «esprit ouvert»

Novak Djokovic a également précisé «garder l’esprit ouvert» concernant le vaccin, car «nous essayons tous de trouver collectivement la meilleure solution possible pour mettre fin au Covid». Mais pour le moment, il estime que son corps est son affaire et qu’il ne possède «pas assez d’informations concernant le vaccin».

Dans l’entretien avec la BBC, Djokovic a déclaré qu’il avait «toujours été un grand étudiant du bien-être, de la santé, de la nutrition». Sa décision avait été en partie influencée par l’impact positif que des facteurs tels que la modification de son alimentation et de ses habitudes de sommeil avaient eu sur ses capacités d’athlète.

Publicité

De nombreux doutes ont également été relevés concernant le test PCR de Djokovic. Certains pensent qu’il aurait pu être falsifié. «Je comprends qu’il y ait beaucoup de critiques et je comprends que les gens proposent différentes théories, explique le tennisman. Mais je n’aime vraiment pas que quelqu’un puisse penser que j’ai abusé de quelque chose afin d’obtenir un test PCR positif et d’aller éventuellement en Australie.» Il a également assuré que son test n’était pas falsifié.

Vous avez trouvé une erreur? Signalez-la