Trois décès en moto
«La situation est complètement hors de contrôle!»

Le sport motocycliste a perdu trois talents prometteurs cette année. Le paddock est choqué et souhaite que les choses évoluent vers une situation plus sécuritaire.
Publié: 13.10.2021 à 23:20 heures
|
Dernière mise à jour: 14.10.2021 à 12:28 heures
La troisième minute de silence en quatre mois dans le paddock.
Matthias Dubach

C'est une année noire pour le monde de la moto. Avec le Fribourgeois Jason Dupasquier et les juniors espagnols Hugo Millan et Dean Berta Vinales, trois coureurs n'ont pas survécu à leur terrible accident en l'espace de quatre mois. Le paddock est désormais unanime: ça ne peut pas continuer ainsi!

Le danger est présent dans la tête de chaque pilote. Mais le taux de mortalité en 2021 est aussi élevé qu'il l'était dans les années 1980, lorsque l'on prenait conscience qu'une plus grande sécurité des pistes et des équipements de course était nécessaire.

Les motos sont trop faciles à conduire

Ce qui frappe particulièrement dans cette situation, c'est le jeune âge du trio. Il y a deux raisons principales qui peuvent expliquer cela. En raison de la professionnalisation de la promotion internationale des jeunes pilotes - annoncée sous le nom de «Road to MotoGP» - il est devenu normal pour des jeunes de 12 ans de conduire des motos rapides à 200 km/h sur les circuits des Grand Prix. Et comme ces machines sont techniquement toutes pratiquement de même puissance, les courses dégénèrent toujours. Le danger de tomber et de se retourner est toujours trop présent.

«Le problème de la Moto3 et du Supersport 300 est clair: les motos sont trop similaires et trop faciles à piloter, écrit le célèbre journaliste spécialiste Mat Oxley dans une chronique. Les pilotes se lancent alors dans des manœuvres de dépassement insensées, les règles techniques les y obligeant pratiquement.» Ces motos ont été introduites comme un frein aux coûts et pour plus d'excitation sur la piste. Désormais, elles peuvent conduire à la mort.

Tom Lüthi: «Les garçons ont beaucoup de pression»

Tom Lüthi observe également avec inquiétude l'évolution dangereuse des catégories juniors. Notamment car il travaillera bientôt dans ce secteur en tant que manager du talent suisse Noah Dettwiler et responsable des jeunes talents de l'équipe de course Prüstel.

«Il y a beaucoup de points qui peuvent être discutés», déclare l'ancien champion du monde. Tom Lüthi cite en exemple les zones de sortie de piste asphaltées, qui pourraient être à nouveau engazonnées afin que les erreurs soient davantage sanctionnées et que le risque soit plus mesuré.

Cependant, Thomas Lüthi relativise: «La pression intense est un aspect important». Les jeunes pilotes de moto participent déjà au championnat du monde Moto3 selon le format de la catégorie reine, et dès les premiers essais, les temps comptent pour les qualifications. «Tout le week-end est chronométré, chaque session est pilotée à la limite. Cela provoque du stress, le plaisir reste en arrière-plan. Même les jeunes coureurs doivent être constamment à la hauteur», déclare Lüthi.

Dans le passé, la plus petite catégorie du championnat du monde était celle des débutants. «Lorsque je me suis engagé dans le championnat du monde 125cc, je me suis assis sur une moto de Grand Prix pour la première fois. J'ai eu beaucoup de respect et je l'ai abordé cela étape par étape.»

Mais aujourd'hui? Un talent comme le leader du championnat du monde Moto3 Pedro Acosta arrive sur le circuit parfaitement formé, car même dans la catégorie junior, ils roulent sur des motos Moto3 et des circuits de GP pendant des années!

Tom Lüthi observe également avec inquiétude l'évolution dangereuse des catégories juniors. Notamment car il travaillera bientôt dans ce secteur en tant que manager du talent suisse Noah Dettwiler et responsable des jeunes talents de l'équipe de course Prüstel.

«Il y a beaucoup de points qui peuvent être discutés», déclare l'ancien champion du monde. Tom Lüthi cite en exemple les zones de sortie de piste asphaltées, qui pourraient être à nouveau engazonnées afin que les erreurs soient davantage sanctionnées et que le risque soit plus mesuré.

Cependant, Thomas Lüthi relativise: «La pression intense est un aspect important». Les jeunes pilotes de moto participent déjà au championnat du monde Moto3 selon le format de la catégorie reine, et dès les premiers essais, les temps comptent pour les qualifications. «Tout le week-end est chronométré, chaque session est pilotée à la limite. Cela provoque du stress, le plaisir reste en arrière-plan. Même les jeunes coureurs doivent être constamment à la hauteur», déclare Lüthi.

Dans le passé, la plus petite catégorie du championnat du monde était celle des débutants. «Lorsque je me suis engagé dans le championnat du monde 125cc, je me suis assis sur une moto de Grand Prix pour la première fois. J'ai eu beaucoup de respect et je l'ai abordé cela étape par étape.»

Mais aujourd'hui? Un talent comme le leader du championnat du monde Moto3 Pedro Acosta arrive sur le circuit parfaitement formé, car même dans la catégorie junior, ils roulent sur des motos Moto3 et des circuits de GP pendant des années!

plus

Seul Jason Dupasquier a eu un accident lors d'un Grand Prix. Les deux autres décès qui ont secoué le paddock ont eu lieu lors du championnat du monde junior (Millan) et du championnat du monde Supersport 300 (Vinales).

Un autre drame aurait pu avoir lieu lors de la chute massive en Moto3, au GP du Texas, au début du mois d'octobre. Finalement, plus de peur que de mal. Désormais, même les grandes stars de la moto sont inquiètes.

Publicité

Solutions futuristes

Il faut que les choses changent. Même la superstar Valentino Rossi, présent en Malaisie lors du drame qui a coûté la vie à Marco Simoncelli en 2011, prend la parole: «C'est comme une roulette russe. La situation est complètement hors de contrôle. C'était un accident potentiellement mortel. La course est trop dangereuse pour que les pilotes se comportent de manière aussi imprudente sur la piste. Le respect doit rester plus important que le podium!»

Aujourd'hui, les idées suivantes circulent: une limite d'âge plus élevée dans les classes juniors et des sanctions plus sévères pour les manœuvres insensées afin de ramener les pilotes à la raison. En outre, des options futuristes telles que l'arrêt télécommandé de tous les moteurs si un cycliste s'écrase dans la foule sont envisagées. Cela suffira-t-il à empêcher le prochain drame?


Vous avez trouvé une erreur? Signalez-la