Manifestation à Zurich
Des antivax suisses ont chahuté une équipe de télé allemande

Les anti-certificat Covid suisses sont désormais connus en Allemagne. Une équipe de la chaîne de télévision ZDF a accompagné une manifestation à Uster (ZH), et le reportage diffusé montre une galaxie saugrenue de complotistes mâtinée de violence.
Publié: 02.10.2021 à 18:32 heures
|
Dernière mise à jour: 02.10.2021 à 19:36 heures
1/7
Le 25 septembre, les anti-passe sanitaire et autres complotistes du Covid ont défilé à Uster, (ZH).

La manifestation des détracteurs des mesures Covid à Uster, dans l'Oberland zurichois a rassemblé entre 2000 à 3000 samedi dernier. Ils ont été suivi par une équipe de la chaîne de télévision allemande ZDF.

Les journalistes allemands ont vécu une expérience désagréable lors du défilé dans la petite ville. Leur reportage diffusé sur l'une des plus grandes chaînes de notre pays voisin aux 80 millions d'habitants dresse un portrait inquiétant de la scène des anti-certificat Covid suisse pour maintes raisons, et pas uniquement à cause de l'agressivité que les manifestants ont déployé à l'égard de l'équipe de tournage.

Les sceptiques parlent de «haute finance» et de «thérapie génique»

Dès le début du reportage télévisé de l'émission «Auslandsjournal», il apparaît clairement que les journalistes ne comprennent pas vraiment pourquoi de telles actions de protestation ont lieu à Uster et dans d'autres villes suisses. «Pourquoi tant de personnes protestent-elles dans un pays qui traverse la crise avec si peu de mesures ?» demande le narrateur de la vidéo au début.

L'équipe cherche la réponse dans les foules qui manifestent. Parmi eux, divers complotistes débitent leur version de la réalité devant la caméra de la ZDF. Un propriétaire zurichois, par exemple, soupçonne la «haute finance» d'être derrière les mesures Covid. Une femme vêtue du costume des «Freiheitstrychler« décrit la vaccination Covid comme une «thérapie génique».

Caméra endommagée pendant le tournage

Selon la police cantonale zurichoise, la manifestation d'Uster s'est déroulée sans «aucun incident digne d'être mentionné». L'équipe de télévision présente, cependant, pourrait voir les choses différemment. Pendant le tournage, les reporters ont pu voir une autre facette des militants. Après une interview de Nicolas Rimoldi, figure de proue du mouvement «Massvoll», l'ambiance envers les journalistes devient de plus en plus hostile. Ils ont été «insultés, harcelés et entravés», écrit la ZDF dans une déclaration après le reportage. Une caméra a même été endommagée par un manifestant pendant le tournage.

Le reportage allemand qui dure un peu moins de sept minutes ne montre pas la Suisse sous son meilleur jour. Les journalistes ne généralisent pas pour autant et il apparaît clairement dans leur traitement de cette manifestation que seul un petit cercle radical descend encore dans la rue, tout en ne relativisant pas l'effet délétère que peut avoir ce groupe sur l'unité du pays. «La Suisse, par ailleurs si neutre, peine à trouver un équilibre entre la protection de la liberté et la protection de la santé», conclut le reportage. (chat/daj)

Publicité
Vous avez trouvé une erreur? Signalez-la